Williams Sassine

par Elisabeth Degon

SASSINE Williams, né à Kankan (Guinée) le 11 août 1944, décédé à Conakry (Guinée), le 9 février 1997.
Professeur de mathématiques, Ecrivain, Chroniqueur du Lynx, hebdomadaire satirique guinéen, de 1992 à 1997.

Né au temps de la Guinée coloniale, à Kankan, au bord du fleuve Milo, d’un père libanais et d’une mère guinéenne. Williams Sassine connait les prémices de l’indépendance de son pays et les premiers soubresauts du régime autoritaire de Sékou Touré.
Elève brillant, il fréquente le lycée Donka à Conakry, où se forme l’élite du pays. En novembre 1961, le gouvernement guinéen dénonce un « complot des enseignants » suite à des revendications syndicales des professeurs. Plusieurs d’entre eux sont arrêtés. Les élèves, notamment ceux de Donka, se mobilisent et manifestent, mais doivent faire face à la répression (arrestations massives, mauvais traitements entraînant des morts). Sassine est révolté par la propagande mensongère diffusée à la radio et par la violence des milices de la Jeunesse du Rassemblement Démocratique Africain (JRDA) qui quadrillent le pays. L’indépendance qu’il saluait prend des airs de régime musclé.

Ce n’est pas pour des raisons politiques qu’il quitte son pays à la fin de l’année 1962, à l’âge de 19 ans, mais pour suivre de bonnes études à Paris, quand l’université naissante à Conakry est dépourvue de moyens logistiques et humains. Son départ s’apparente pourtant à une fuite, on ne sait comment il rejoint Dakar où il prend un bateau pour Bordeaux, ensuite Paris. Malgré son excellence scolaire, il n’a pas de bourse d’études et devra se débrouiller par ses propres moyens pour vivre. Dès l’obtention de sa licence de mathématiques en Octobre 1966, il quitte la France où la vie lui a été difficile. Il ne s’est pas intégré dans les cercles africains, tels que la FEANF ou les associations de ressortissants guinéens. En marge des groupes organisés qui facilitent la vie à l’étranger, il veut retrouver l’Afrique et se rapprocher de son pays.

C’est en Côte d’Ivoire, à Agboville, qu’il exerce son premier poste d’enseignant en mathématiques, en décembre 1966. Il n’y restera que quelques mois. Il rejoint ensuite Freetown en Sierra Leone, où il assume la sous-direction d’une entreprise de construction métallique. Il ne s’attarde pas davantage. Il part alors à Niamey au Niger, enseigner les mathématiques au collège Lako, un collège pour les pauvres constamment en butte aux tracasseries administratives. Les caisses sont vides, les enseignants ne sont pas payés et déclenchent une révolte : Sassine finit par démissionner. Cette expérience est le ferment de son premier roman, Saint Monsieur Baly, publié par Présence africaine en 1973.

A Niamey, il rencontre Abiba, fonde une famille mais quitte pourtant le pays pour exercer ses talents d’enseignant ailleurs à Oyem au Gabon, très loin de son foyer. Il écrit Wirriyamu, qui sera publié en 1976, un roman marqué par la violence de la décolonisation portugaise. Il choisira son titre en hommage à Wiryamu, ville du Mozambique dont la population a été massacrée par l’armée. De là, encore une fois, il migre pour rejoindre la Mauritanie, Kaédi d’abord en 1975, Nouakchott ensuite et enseigner les mathématiques. Sa famille le rejoint et s’installe pour quelques années. Il écrit toujours et publie Le jeune homme de sable en 1979, roman qui met en évidence la fourberie des dirigeants, prêts à défendre leur pouvoir par le mensonge et la violence, dans un désert de sable et de cailloux. Encore une fois, la réalité l’inspire, celle des violences commises lors du complot des enseignants à Conakry, les mensonges, les arrestations arbitraires, ce roman est une allégorie des dictatures post- indépendances.
Ce roman remarqué sort Williams Sassine de l’anonymat. Il est invité à l’émission télévisée Apostrophes en mai 1980, L’Afrique noire racontée par des romanciers, en présence d’André Brink, Tierno Monenembo, Paule Constant et Jean Cau. Au cours de l’émission, Williams Sassine s’ingénie à critiquer l’ouvrage de Jean Cau, La conquête de Zanzibar, qui glorifie l’aventure coloniale et blesse l’Africain qu’il est, négligeant de défendre son propre livre.

La même année, la foire du livre de Francfort organise sa première rencontre autour de la littérature africaine. Il est invité et présente Wirriyamu dans ses traductions allemande et anglaise. Intégré désormais au circuit de la francophonie, il participe à de multiples rencontres et colloques qui le sortent de son environnement quotidien, il apprécie les échanges avec d’autres écrivains, africains notamment.

Il continue d’écrire, et, répondant à la commande de son éditeur, produit un recueil de contes et nouvelles pour la jeunesse, L’Alphabête, publié en 1982.

Sékou Touré meurt le 26 mars 1984. Dans les jours qui suivent, un coup d’état militaire porte Lansana Conté à la tête du pays, dans une transition qui s’installe durablement, coupant court à toute velléité d’autre régime. Le cadre instauré par Sékou Touré s’effondre, mais les mentalités n’évoluent guère et la suspicion reste entière. Sassine, comme de nombre de ses compatriotes, fait un voyage au pays dans les mois qui suivent, il rencontre famille et amis, explore le paysage et l’ambiance politique. Son voyage l’inspire pour Le zéhéros n’est pas n’importe qui, publié en 1985, roman picaresque, émaillé de cocasseries enrobant un constat sévère sur la réalité du pays. Ce roman va causer sa perte en Mauritanie. En effet, lors d’une interview télévisée, ses propos audacieux sur le sexe, irrévérencieux sur la religion, troublent la bienséance. La riposte est sévère : l’émission littéraire est suspendue et Williams reçoit une lettre de remerciement du Ministère de l’éducation qui l’employait, mettant fin à son engagement. Le voilà à nouveau au chômage mais cette fois-ci, sans l’avoir décidé.

En novembre 1987, il est invité à Conakry pour participer à une rencontre littéraire réunissant les écrivains guinéens de « l’intérieur » et de « l’extérieur ». Une grande partie des débats tourne autour de cette dichotomie et de la légitimité de la diaspora à s’exprimer sur le pays. Il prend conscience de ces difficultés, mais le désir de rentrer chez lui l’emporte. Il décide de s’installer en Guinée, en espérant y partager ses compétences et mettre son expérience au service du développement du pays à reconstruire, libéré de la dictature..

Sassine rentre seul en janvier 1988, sa famille le rejoint quelques mois plus tard, quand sa femme obtient une mutation professionnelle. Seul donc, en dépit d’un entourage familier, sa mère, sa sœur, des frères, des amis de jeunesse, il doit affronter les réalités de son pays et tenter de trouver sa place. On ne l’attend pas. Sans travail, sans ressources financières, sans appui, il sombre doucement dans la perte de ses espoirs et illusions, boit plus que de raison, se néglige.
Les années 1990 lui apportent quelque réconfort avec de nombreuses invitations littéraires, en France, en Belgique et au Canada. Tout arrive en même temps : le 55ème Congrès du Pen International à Madère en 1990, la 1èreBiennale des Arts et des Lettres à Dakar, l’enregistrement par RFI d’un entretien ouvrant la série les Voix de l’écriture en 1990, une résidence d’écriture au Festival des francophonies de Limoges en 1991, une rencontre littéraire filmée à Bruxelles en 1991.

Dans ce contexte de reconnaissance littéraire à l’extérieur, une proposition va changer son quotidien : il est invité à participer à la création du journal Le Lynx, hebdomadaire satirique dont le premier numéro paraît en février 1992, une semaine après l’adoption des lois sur la liberté de la presse. Très rapidement, Williams Sassine est intégré à l’équipe de rédaction et fournit chaque semaine sa « Chronique assassine ». La collaboration de Sassine démarre le 16 mars 1992, dans le numéro 4 du Lynx, avec une chronique intitulée :« Mémoire d’une histoire désarmée : Attention ! Notre général est particulier ». Avec la complicité de l’équipe, Sassine lâche la bride à sa verve et propose en toute liberté ses observations sur la vie quotidienne des Guinéens, pointe les erreurs des dirigeants qu’il connaît bien pour les avoir fréquentés au lycée. Il est « l’indigné » qui dénonce sans relâche les dysfonctionnements dans tous les domaines du développement, éducation, culture, santé, et dans les infrastructures, transports, électricité, distribution de l’eau. Il ose des commentaires caustiques sur les usages des religions, chrétienne et musulmane et leur aptitude à faire accepter l’inacceptable. Il va dire tout haut, ce que beaucoup pensent tout bas sans oser le dénoncer. Il n’épargne pas le « président non élu » et rédige de longues chroniques sur les élections présidentielle et législative, leur préparation, les retards, les résultats. Sa posture est celle d’un homme qui n’a rien à perdre, pas de situation à défendre et n’a pas sa place dans le milieu des décideurs. L’aurait-il voulu ? Probablement, à condition de garder sa liberté de parole, ce qui est incompatible avec un rôle politique.

Les difficultés et les déceptions l’épuisent. Son dernier voyage à l’étranger a lieu en décembre 1995. Après cela, il ne quitte plus son pays, écrit toujours, s’engage dans un travail de commande pour le Festival des francophonies. Il décède le 9 février 1997 à Conakry. Ses amis organisent une cérémonie d’hommage lors de ses obsèques, le Président, élu cette fois, fournira les bœufs et les sacs de riz pour la cérémonie. Le pays prend conscience de la valeur d’un écrivain reconnu, au programme des études des lycées africains, peu lu, faute de textes disponibles, de librairies, de bibliothèques.

Sassine laisse des œuvres. Mémoire d’une peau sera publié en 1998 chez Présence africaine, actuellement épuisé et introuvable. Un thriller amoureux de vingt-quatre heures de la vie de Milo Kan, fonctionnaire au service de presse de la Présidence, lucide et séducteur, albinos de surcroît, son premier roman « porno » selon ses dires, et nous offre une visite insolite de Conakry. Son manuscrit Les Africaïns qu’il annonçait comme l’œuvre majeure de sa vie, est resté inédit. Avec le Festival de Limoges, il crée des textes destinés à des représentations et sera invité en 1995 pour la mise en scène de Légende d’une vérité et Il était une fois l’alphabète, réécrit à par
tir de son œuvre. Il prépare Les Indépendan-tristes, laissé inachevé, et monté en spectacle par Jean-Claude Idée en 1997.
Sassine n’est pas oublié, ses textes sont présentés en France et en Afrique, au gré des commandes. Le zéhéros n’est pas n’importe qui, Mémoire d’une peau sont arrangés en lecture dramatique.

Un colloque international organisé par l’Université de Paris-Ouest Nanterre, les 16 et 17 Mai 2014 Williams Sassine n’est pas n’importe qui, témoigne de l’intérêt porté à l’heure actuelle à Sassine ,

C’est principalement en Afrique, où il est si peu lu, que son histoire continue. Son œuvre est profondément empreinte de l’Afrique, la violence de la décolonisation, la misère du peuple, la corruption des nouveaux dirigeants, le détournement des religions, tous ces travers qu’il n’a de cesse de dénoncer et railler de son écriture nerveuse et caustique. Il est à la recherche de l’identité africaine, de ses valeurs propres, philosophique et religieuse. Cette quête l’isole bien sûr de tous ceux qui se sont intégrés dans la nouvelle société, sans son audace de dénonciation.

Jane Vialle

Jane VIALLE

Née à Ouesso (Moyen-Congo) le 27 août 1906 ; morte le 7 février 1956 dans un accident d’avion ; Association des femmes de l’Union française (Secrétaire générale) ; Association pour l’évolution de l’Afrique noire ; Espoir oubanguien ; Commission des Nations Unies sur l’esclavage ; Sénatrice ; Journaliste

1 – Etat-civil : date et lieu de naissance, date et lieu de décès.

Née à Ouesso dans l’ancien Congo français (Moyen-Congo), le 27 août 1906, Jane Vialle a trouvé la mort tragiquement dans un accident d’avion causé par le brouillard sur la ligne Abidjan-Paris (vol régulier compagnie UAT du 7 février 1953). Grièvement brûlée aux deux jambes, elle tombe dans le coma peu après son arrivée à l’Hôpital militaire Robert Picqué à Villenave d’Ornon et décède le 9 février 1953. Personnalité aujourd’hui oubliée des Centrafricains, elle a été la seule femme sénatrice de « couleur » lors de la IVème république : son action locale, nationale et internationale a été pourtant dense et souvent déterminante.

Le 24 mai 1954, le Journal Officiel publie une citation de Jane Vialle à l’ordre de la Nation datée du 23 mai et signée René Mayer Président du Conseil des ministres.

2 – Formation / professions :

Métisse née d’une mère congolaise, Tchilambou, dont le nom paraît d’origine Bavili, population habitant la région de Louango à Pointe noire, Jane est reconnue très jeune par son père Michel Vialle, un employé de la compagnie française du Haut Congo créée en 1889 par les frères Tréchot et solidement implantée sur la Sangha. Lorsque Michel Vialle est recruté vers 1907 par la société des sultanats du Haut Oubangui (société fondée en 1899 dont le principal but était de commercialiser l’ivoire et le caoutchouc récoltés dans les domaines des sultans dont elle avait le monopole), elle suit son père et grandit à Bangassou où se localisait le quartier général de la compagnie, chef lieu de la région et résidence du Sultan Zandé Bangassou. Michel Vialle a pris une part notable à l’extension de l’entreprise et il jouit d’une grande considération à Bangassou. Au moment de la mobilisation de 1914, il quitte la ville avec sa fille pour la France.

Jane Vialle réalise ses études secondaires à Paris au lycée Jules Ferry et obtient son baccalauréat sans doute vers 1925. Elle travaille d’abord à la société d’Entreprises africaines, puis comme secrétaire-rédactrice à l’agence d’information Opéra Mundi créée en 1928. Mariée à Paris, le 27 octobre 1927 avec Marcel Beauvais, elle divorce en mai 1940 et mène dès lors sa vie en toute liberté.

En 1940, elle travaille pour le journal Confidences qui s’établit avec l’Exode à Marseille. De juillet 1941 à février 1942, elle se retrouve sans emploi fixe et travaille à domicile en rédigeant des contes, des nouvelles pour les journaux d’Afrique du nord comme Tam Tam, l’hebdomadaire de la Dépêche d’Alger.

Après la Libération, elle redevient journaliste à l’Agence France Presse et correspondante pour les journaux de l’AOF (Afrique Occidentale française), elle rejoint aussi le comité éditorial du journal Combat.

3 – Militantisme, principales responsabilités militantes :

A cette même époque, elle fréquente le foyer des étudiants africains et asiatiques de Marseille au quartier de la Rose dirigé par Belpeer qui a adhéré fin 1940 au mouvement d’Henri Frenay qui allait devenir Combat. Elle est proche de Jean Gemälhing, dont elle devient la secrétaire, chef du réseau de renseignements du mouvement Combat pour la région PACA qui en 1943 dirigera le plan national des renseignements des mouvements unis de la Résistance.

Arrêtée à son domicile en janvier 1943, elle est internée administrativement pendant 3 mois au camp de Brens dans le Tarn. En avril, elle est transférée à Marseille à la prison des Baumettes où elle restera jusqu’en décembre 1943 pour l’instruction de son affaire. Elle comparait le 10 décembre 1943 devant le tribunal spécial pour « activités nuisibles à la Défense Nationale ». Elle est défendue par Me Germaine Poinsot-Chapuis. Le jugement apparaît comme clément : « relaxe sans peine ni dépends ». Libérée, elle recontacte le réseau Combat qui la cache et redevient la secrétaire de Gemälhing à Lyon et à Paris.

Elle obtient la Médaille de la Résistance pour ses services rendus pendant l’occupation.

Dès 1945, elle fonde l’Association des Femmes de l’Union Française et rédige en tant que Secrétaire générale l’éditorial du n°1 du Bulletin de l’Association dans lequel elle y rappelle l’importance du rôle des femmes dans les mouvements de résistance pendant la seconde guerre mondiale et l’obtention du droit de vote récent des citoyennes françaises. Cet éditorial est suivi d’autres éditoriaux ou d’articles, chaque numéro contient une contribution de sa part. Pour elle, cette association est un mouvement social créé dans le but de faire mieux connaître en métropole les territoires d’Outre-mer par une série de conférences, échanges culturels au sein de l’Union française dans un esprit de fraternité. L’objectif est aussi de promouvoir l’éducation des femmes par le biais des comités existants dans les territoires et les métropoles. L’action de l’association est restée bénévole et s’est aussi centrée sur l’accueil en métropole des étudiantes d’Outre-Mer. Elle fait réquisitionner puis achète deux hôtels notamment un de 40 chambres avec l’aide de l’AOF et les fonds du FIDES pour loger les étudiantes d’Outre-mer. Ce dispositif est renforcé par l’octroi de bourses à une trentaine de jeunes filles africaines ou asiatiques pour venir en France et l’offre de famille d’accueil pour des étudiantes en vacances. En métropole, les jeunes filles sont accueillies, entretenues et logées par l’association. Pour cette tâche, elle est aidée par la vice-présidente Thérèse El-Hadi Monnerville, épouse du président du Sénat et Bernard Cornut-Gentille alors Haut-Commissaire en Afrique Equatoriale Française (AEF). Elle réussit à fonder un centre culturel à Brazzaville.

Jane Vialle fonde son propre parti politique en Oubangui-Chari, l’Association Pour l’Evolution de l’Afrique Noire, le 27 juillet 1946 : les cadres de son parti sont le président Pierre Indo, le vice-président Jean-Baptiste Songomali, le trésorier Antoine Darlan, le secrétaire Gouandjia et les conseillers : Auguste Gandji-Hangoma-Kobokassi, Sodji, Edouard Cormon et Riberot. Madame Franck sert de membre-correspondante à Paris mais l’APEAN, initiative audacieuse, ne dure pas longtemps.

Elue sénatrice, originellement candidate indépendante, elle rejoint le groupe socialiste (SFIO) et dépose le 22 mai 1947 une motion (N°254) avec 21 autres conseillers dont Bechir Sow et El-Hadi Mostefai invitant le Conseil de la République à ne pas se prononcer sur la demande de la levée d’immunité parlementaire des élus malgaches avant de les avoir auditionné au nom de l’égalité de traitement entre les conseillers de la République de la métropole et ceux d’Outre-mer.

Le 18 juillet 1947, elle dépose une proposition de résolution (N°44) avec 13 autres conseillers pour que soit appliqué dans les territoires d’outre-Mer l’article 340 du Code civil relatif à la recherche de la paternité naturelle en faveur des enfants métis pour éviter « leur abandon, leur déclassement ». « Je suis moi-même la fille d’un de ces pères consciencieux et d’une mère noire – mais lorsque les pères ne veulent pas s’embarrasser d’une responsabilité prolongée, ils les abandonnent… ». Cette proposition fut adoptée quatre ans plus tard en 1951.

Elle intervient à propos du budget de l’économie sur l’équipement de la France d’Outre Mer (FOM) qu’elle estime insuffisant le 11 août 1947 et sur un projet de loi ratifiant un accord entre la France et la Nouvelle-Zélande.

Dans le cadre de l’Assemblée Territoriale de l’Oubangui-Chari, l’idée d’une association de coopératives devient populaire parmi les leaders politiques locaux comme moyens de promotion du développement économique du pays. Sous l’impulsion du leader de l’Union Oubanguienne Barthélémy Boganda, Georges Darlan fonde la COTONCOOP le 22 février 1948 et la société coopérative de consommation, Boganda lui même crée la SOCOULOLE (société coopérative de l’Oubangui-Lobaye-Lessé) le 22 mai 1948 et Jane Vialle met en place l’Espoir Oubanguien, une coopérative destinée à construire à Bangui les logements du nouveau quartier de « la Kouanga » sur un terrain marécageux assaini. Sa coopérative se regroupera avec la SACMA, coopérative familiale d’approvisionnement, filiale de la COTONCOOP, dirigée par Georges Darlan. Le conseil représentatif de l’Oubangui-Chari accepte de subventionner les coopératives de Jane Vialle et de Georges Darlan au détriment de celle de Barthélémy Boganda. Habile manœuvre politique ? Ce camouflet pour Boganda fait voler en éclat l’union des leaders oubanguiens. Barthélémy Boganda s’écarte résolument de Georges Darlan et cesse de soutenir Jane Vialle notamment aux élections de 1948.

Réélue sénatrice en 1948, elle devient membre de la commission des TOM, de la commission du Travail et de la Sécurité Sociale. En 1949, elle est nommée vice-présidente de la commission des finances puis siège aux commissions de l’Education nationale en 1950. Elle s’occupe des problèmes de l’enseignement dans les TOM, demandant une amélioration de l’harmonisation des programmes des classes primaires avec ceux de la métropole pour remédier aux difficultés d’adaptation des enfants notamment africains venus suivre en France le cycle secondaire. Elle demande la modification des programmes locaux d’Histoire-Géographie. Elle insiste surtout sur le développement nécessaire de l’enseignement professionnel pour pourvoir l’Afrique d’ouvriers et de cadres techniques bien formés, indispensables au démarrage économique. Le 27 novembre 1951, elle propose un amendement pour favoriser la fin des deux collèges représentatifs dans l’Union française.

En 1949, le Comité de liaison des organisations internationales des femmes la nomme membre des Nations Unies sur les questions de l’esclavage et du commerce des esclaves, et ce, bien qu’elle ne parle pas l’anglais. A la première rencontre du comité à Lake Success en 1950, Jane Vialle demande un rapport sur l’état de l’esclavage en Afrique et à Madagascar et soumet un memorandum sur l’esclavage dans les territoires africains le 13 juin 1951.

Lors de la 27ème session qui se tient à Florence du 4 au 8 juin 1952, elle est élue membre de l’Institut international des différentes civilisations.

4 – Principaux mandats électifs :

Après la Libération, de juin 1945 à juin 1946, elle suit de très près les débats sur la place des colonies dans les Constitutions de la IVème République et de l’Union française. Au lieu de couvrir les élections comme journaliste, elle s’engage dans la compétition, sans doute par opportunisme politique, pour devenir représentante au Conseil de la République de l’Oubangui-Chari/Tchad, territoire considéré comme la « cendrillon de l’Empire ».

Ainsi, elle s’envole pour Bangui où elle persuade Pierre Indo, candidat au même poste, de se retirer en sa faveur. Comme l’Oubangui-Chari et le Tchad forment une circonscription unique, elle est obligée de se retirer en faveur d’Aristide Issembe qui se présente pour le Tchad, bientôt lui-même écarté au profit du candidat du RDA Gabriel Lisette.

En Oubangui-Chari, Jane Vialle développe des relations cordiales et fructueuses avec Barthélémy Boganda qui soutient sa candidature au Conseil de la République en tant que sénatrice. Le 10 janvier 1947, elle est élue contre les trois autres candidats, Joachim Vermaud-Hetman, Madame Darré et Bernard Condomat par 7 voix sur 13 suffrages exprimés.

Malgré l’absence de soutien de Barthélémy Boganda, mais avec l’aide de G. Darlan, Jane Vialle est réélue sous l’étiquette Indépendante d’outre-mer en tant que sénatrice le 14 novembre 1948. Elle bat les deux autres candidats Pierre Indo et Jean-Baptiste Songomali avec 11 voix sur 16 votes. Elle rejoint d’abord le groupe des républicains indépendants, au sein duquel elle siège à l’intergroupe gaulliste, dont elle démissionne en décembre 1948 pour se rattacher au groupe du RGR.

La campagne a été rude : ses tournées électorales furent houleuses sans l’appui de Barthélémy Boganda. Il l’accuse d’être une candidate officielle soutenue par l’administration qui lui aurait donné de l’argent pour acheter ses électeurs. Les autres candidats soutiennent qu’il n’est pas possible de voter pour elle car elle n’est pas à 100 % oubanguienne.

En 1952, elle candidate à sa succession au Sénat mais Barthélémy Boganda devenu très populaire, présente contre elle son propre candidat Hector Rivierez. Il est élu (9 voix pour Jane Vialle sur 22).
P.-S.

SOURCES :

http://www.senat.fr/senateur-4eme-r… consulté le 4 avril 2015.

Dictionary of african biography, édité par Emmanuel K. Akyeampong et Henry Louis Gates, 2011, Tome 6, notice sur Jane Vialle réalisée par Richard A. Bradshaw et Juan Fandos Rius, p. 125-126.

BALLARD J.A. The development of political parties in french equatorial Africa, PhD thesis, Fletcher School of Law and Diplomacy,1963.

COQUERY-VIDROTVICH Catherine, Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires 1890-1930, Mouton, Paris, 1972.

DAMPIERRE Eric de , Un ancien royaume Bandia du Haut Oubangui, Paris, Plon,1967.

NOTIN Jean-Christophe, 1061 compagnons : histoire des compagnons de la libération, Perrin, Paris, 2000.

PENEL J.D, Ecrits et discours de Barthélémy Boganda 1946-1951, la lutte décisive, Tome 1, Paris, L’Harmattan, 1995.

SERRE Jacques, Hommes et destins, tome XI, Paris, L’Harmattan, p. 759 à 769.

Archives :

. Archives privées de Jean-Dominique Pénel : Fascicule « B. Boganda, A. Darlan, J. Vialle : trois représentants oubanguiens du deuxième collège 1946-1952 », 1985 Fascicule « les représentants oubanguiens à la Ligue contre le Racisme », recueil de textes, 1987.

. Archives de l’ordre de la Libération – dossier de la médaille de la résistance de Jane Vialle.

. Archives ANOM cote 8W3 et 8W 53 : registre des audiences du tribunal spécial du 9 et 10 décembre 1943 et dossier d’audience du 9 décembre 1943.

. Archives Nationales cote 15499 n°4196 : dossiers de renseignements généraux 1947-1952.

. Archives du Sénat : dossier Jane Vialle.

. Journal officiel du 23 mai 1953 : citation de Jane Vialle à l’Ordre de la Nation.