Un hommage biographique

En passant

Paroles pour un continent. La vie et l’œuvre d’Ibrahima Ly, 1990, L’Harmattan, Paris, 245 p.

Ce livre hommage à Ibrahima Ly , ancien militant de la FEANF, professeur de mathématiques et opposant à la dictature de Moussa Traoré au Mali, rassemble plusieurs de ses œuvres inédites, une biographie rédigée par Pascal Baba Coulibay et de nombreux témoignages, principalement de membres de sa famille, de personnalités maliennes et sénégalaises (proches, militants politiques, enseignants).

Alexis Roy

Quelques titres

-Amadou Hampâté Bâ, 1991 : Amkoullel, l’enfant Peul, Mémoires, tome 1, Actes sud, Arles, 535 p.

Dans le premier volume de son autobiographie, A. H. Bâ, intellectuel malien, raconte son enfance et son adolescence au début du XXe siècle, dans ce qui était alors le Soudan français. A travers sa généalogie familiale, il revient d‘abord sur l’histoire des derniers empires de la boucle du Niger avant la conquête coloniale, étant descendant à la fois de Peuls de la Dîna, l’empire du Macina, et de Toucouleurs de l’armée d’El Hadj Omar.

Il y raconte également son éducation à Bandiagara, ses premiers contacts avec « l’école des Blancs », sa vie dans les associations de jeunesses (Waaldé en langue Peul). Il poursuit ensuite sa scolarité à Djenné, Kati puis Bamako. Sa mère refusant qu’il aille terminer ses études à l’Ecole Normale William Ponty, au Sénégal, il devient « écrivain temporaire » (p. 503) au service de l’administration, à Ouagadougou. L’ouvrage s’achève sur son départ vers ce poste.
Ce récit offre un précieux témoignage sur le Soudan au début de la période coloniale, sur les contacts entre colonisées et colons, et sur les premières générations de scolarisées. Il présente également ne nombreux passages sur les sociétés Peuls, et plus généralement sur les peuples qui composent alors le Soudan.

-Amadou Hampâté Bâ, 1994 : Oui, mon commandant !, Mémoires, tome 2, Actes sud, Arles, 396 p.

Dans le second volume de son autobiographie, A. H. Bâ raconte principalement ses péripéties de jeune « fonctionnaire indigène » en Haute-Volta (ex Burkina Faso), notamment à Ouagadougou, Dori, Tougan et Ouahigouya. Il évoque également son mariage et la naissance de son premier enfant.
Cet ouvrage illustre très bien les différents rapports entre administrateurs coloniaux, fonctionnaires subalternes issus des colonies et populations colonisées.

-Mamadou Cissokho, 2009 : Dieu n’est pas un paysan, Présence Africaine Editions et Grad, Paris/Bonneville, 295 p.

Mamadou Cissokho, instituteur de formation, fait son « retour à la terre » au milieu des années 1970, en s’installant à Bamba Thialène, dans l’est du Sénégal. A travers son parcours, son ouvrage retrace l’histoire de la structuration progressive des mouvements paysans sénégalais, d’associations à l’échelle villageoise à la fin des années 1970 à la constitution de grandes Organisations Paysannes nationales (Comité National de Concertation des Ruraux en 1993), puis à l’échelle sous-régionale avec la création du Réseau des Organisations Paysannes et de Producteurs en Afrique de l’Ouest (ROPPA) en 2000.
Rare sont les leaders paysans africains à avoir produit leur autobiographie, ce qui rend cet ouvrage d’autant plus précieux. Au-delà de l’histoire de M. Cissokho et de celle des mouvements paysans sénégalais, l’auteur expose également sa vision du devenir de la paysannerie familiale ouest-africaine, mais encore des rapports entre les paysans, leurs organisations et l’Etat et les bailleurs de fonds.

Gologo, Mamadou, 1963 : Le rescapé de l’ethylos, Présence africaine, Paris, 378 p.

Dans son autobiographie Mamadou El Béchir Gologo, militant de l’Union Soudanaise-Rassemblement Démocratique Africain (US-RDA), qui sera ministre de l’information de la République du Mali de 1960 à 1968, revient sur la première partie de sa vie, de sa naissance à Koulikoro jusqu’à la fin des années 1950. Il raconte son parcours scolaire à Bamako puis à Dakar, puis sur son expérience de médecin à travers différentes localités du Soudan (ex Mali). Le titre de l’ouvrage renvoie à ses déboires avec l’alcool, qui tiennent une place importante dans son parcours de vie, lui valant notamment de nombreuses mutations puis sa révocation en 1950. Il travaille ensuite comme médecin à l’Office du Niger, ou il aide les paysans à créer un syndicat.

Keïta, Aoua, 1975 : Femme d’Afrique. La vie d’Aoua Keïta racontée par elle-même, Présence africaine, Paris, 395 p.

Aoua Keïta, sage-femme de formation, était militante de l’Union Soudanaise-Rassemblement Démocratique Africain (US-RDA), parti au sein duquel elle exerça différentes responsabilités (responsable local, Députée, membre du Bureau Politique National). Dans son ouvrage elle évoque uniquement la première partie de sa vie, jusqu’à l’indépendance du Mali. Après une enfance passée à Bamako et le récit de sa scolarité à l’école des filles au début des années 1920, l’auteure revient brièvement sur sa formation de sage-femme à Dakar, puis sur ses premières expériences professionnelles après son affectation à Gao, au nord du Soudan (ex Mali). Elle adhère à l’US-RDA dès sa création en 1946, dont elle sera une infatigable militante. Elle raconte ainsi ses différents combats politiques au grès des localités maliennes où elle est mutée (Gao, Nara, Kati) et même en Casamance (Sénégal).
L’autobiographie d’Aoua Keïta croise le récit de ses combats pour les femmes, tant sur le plan professionnel que politique, et de la vie quotidienne d’une militante politique dans cette période charnière que fut celle qui va de la seconde guerre mondiale à l’indépendance, de la répression de son parti et de ses militants (dont elle offre un bel exemple) à sa victoire.

Alexis Roy

Amady Aly Dieng, Mémoires d’un étudiant africain, Dakar, Codesria, 2011, 2 vol. volume I : de l’école régionale de Diourbel à l’université de Paris( 1945-1960); volume II : de l’université de Paris à mon retour au Sénégal (1960-1967)

“Mémoires d’un étudiant qui est un pur produit tropical de la Renaissance, du siècle des Lumières et du XXe siècle dominé par la pensée de Marx”. Ainsi se termine, en une formule choc le deuxième volume de cette autobiographie étudiante. Amady Aly Dieng, est un universitaire réputé, ancien doyen à l’université de Dakar, et intellectuel marxiste proche de Samir Amin. Ces deux volumes sont passionnants car ils restituent l’itinéraire d’un fils de fonctionnaire aux chemins de fer de l’AOF qui a réussi un brillant itinéraire scolaire qui le mène de l’Ecole régionale de Diourbel à l’ENFOM (dont il sera d’ailleurs expulsé pour faits militants anticolonialistes) et au Doctorat de droit obtenu à Paris, en passant par le lycée Faidherbe de Saint-Louis et l’université de Dakar. C’est un parcours scolaire mais aussi un parcours militant qui est ici retracé . Amady Aly Dieng est secrétaire général de l’AGED à Dakar (il sera d’ailleurs de ceux qui transformeront l’AGED en UGEAO), puis à Paris, il entre au CE de la FEANF avant d’en être le président en 1961. Il est brièvement membre du Parti communiste français dont il suit les cours délivrés à l’Université nouvelle. Il est un des dirigeants du MEPAI, l’antenne étudiante du Parti africain de l’indépendance (PAI). Ces responsabilités politiques et syndicales le conduisent à voyager à travers le monde , de Vienne à Prague, Varsovie et Moscou , de Pékin à Ibadan et au Caire. Le livre est une autobiographie mais Amady Aly Dieng a une très précieuse capacité d’analyse conceptuelle qui le fait se situer dans son temps et offrir à travers un itinéraire singulier une sorte de sociologie de l’éducation et du militantisme dans l’Afrique des années 50 et 60. Il apporte de très précieux renseignements sur les institutions scolaires et organisations qu’il a connues, qu’il s’agisse du lycée Faidherbe à Saint-Louis, de l’AGED et UGEAO à Dakar, ou encore de la FEANF ou du PAI, dont il nous décrit longuement la crise. Il insiste, à juste raison, sur les bibliothèques étudiantes de l’époque, qu’elles soient ou non marxistes. Autobiographie certes, ces deux volumes sont aussi une sorte de biographie collective des étudiants africains de la charnière des années 50 et 60.
On peut compléter la lecture de cette autobiographie par celle d’un entretien en ligne sur le site du Codesria : Entretien avec Amady Aly Dieng : Lecture critique d’un demi-siècle de paradoxes. Abderrahmane Ngaïdé. Dakar, CODESRIA, 2012, 148 p.

Ousmane Camara, Mémoires d’un juge africain : itinéraire d’un homme libre, Dakar/Paris, CREPOS/Karthala, 2010, 306 p.
Il s’agit de la biographie d’Ousmane Camara qui fut militant étudiant, à l’AGED et à l’UGEAO puis à la FEANF, puis membre de l’UPS, magistrat à la cour suprême et plusieurs fois ministre sous la présidence de Senghor. Il fut en fin de carrière médiateur de la République et enfin président du Conseil constitutionnel. Sa biographie est aussi un point de vue, et à ce titre très précieuse, sur la vie politique du Sénégal , des années 50 aux années 80. Pour ne prendre qu’un exemple, mais non des moindres, Ousmane Camara fut procureur de la Haute cour de justice qui jugea le président du Conseil Mamadou Dia et ses co-accusés pour tentative de coup d’état. Il nous rapporte les détails de ce procès qui fut incontestablement un des temps forts dans l’existence de la toute nouvelle République et détermina pour longtemps, en se soldant par la condamnation à perpétuité (commuée ensuite) de Mamadou Dia le destin du pays. A lire donc pour toute personne qui s’intéresse à l’histoire sénégalaise récente.

Françoise Blum

Séance du 25 novembre : a propos des socialismes africains

La séance a porté sur les socialismes africains. Trois intervenant-e-s (Françoise Blum, Héloïse Kiriakou et Alexis Roy) ont évoqué un certain nombre de pistes de recherche qui pourrait servir à construire le programme d’un colloque consacré aux Socialismes africains. La fin de la séance a permis de faire un point sur le Maitron Afrique. Un compte rendu sera bientôt disponible sur ce site.

Cliquer ici pour avoir accéder à l’enregistrement de la séance

Une proposition d’appel à communications pour un futur colloque a été ainsi proposé.

Colloque Socialismes africains/Socialismes en Afrique

« La définition que les uns et les autres ont donnée de la voie du socialisme africain montre que le moment n’est pas encore venu de le définir” (Cité par Charles, 1965 : 861).

Si cet appel à communications existe, c’est que les auteurs ont pensé, au contraire, que les temps étaient venus non pas tant de définir, que de donner aux socialismes africains et/ou aux socialismes en Afrique la place qui leur revient dans l’historiographie générale du socialisme et dans celle de l’Afrique. Les histoires du, des socialismes, qu’ils soient ou non « réels » oublient systématiquement l’Afrique. Or il a existé en Afrique de très nombreux régimes qui se sont réclamés du socialisme « africain », ou « scientifique », de même que de très nombreux opposants qui ont d’autant plus cherché leur inspiration dans les outils théoriques construits par le marxisme –ou sa vulgate-, que celui-ci leur semblait proposer une théorie de l’histoire favorable à l’avenir des peuples coloniaux ou anciennement coloniaux. Des modèles prétendant au socialisme réel existaient qu’il s’agisse de l’URSS, des démocraties populaires, de la Chine ou Cuba, offrant aussi une panoplie réelle ou fantasmée, prête à servir. Mais au-delà de ces exemples étrangers que l’on a parfois essayé d’imiter ou d’adapter, il y eut aussi l’invention d’un socialisme qui se voulait adapté à l’Afrique, réfléchissant les spécificités du continent , et puisant dans son passé ses racines théoriques.
Le colloque s’intéressera à toute l’Afrique, du Nord et du Sud, de l’Est et de l’Ouest, anglophone, francophone ou lusophone. Il se veut résolument inter-disciplinaire.
Nous n’entrerons pas dans des querelles sémantiques. Le terme « socialiste » est en lui-même très polysémique ce qui a le mérite d’en permettre une compréhension à la fois souple et large.
Pour la clarté de l’exposé nous distinguerons trois grands pôles qu’il sera conseillé d’articuler.
I – Corpus
Il sera bienvenu de porter son attention sur un certain nombre d’objets :
– Déclarations de principe et emblèmes : Constitutions, chartes , déclarations de principe, congrès , presse officielle, adhésions à l’Internationale socialiste , sont autant d’occasions d’affirmer des principes socialistes. Mais les textes ne sont pas les seuls lieux de déclaration du socialisme : statuaire et toponymie , expressions artistiques diverses participent aussi à ces entreprises de définition . Des statues de Marx, Engels, Lénine ou Staline ont été érigées, des rues ou places ont été baptisées avec les noms empruntés au panthéon socialiste.
– Le corpus socialiste africain : Un certain nombre de textes émanant soit de leaders au pouvoir, soit d’opposants ont posé des jalons doctrinaires, voir ont fait office de doctrine officielle. Il sera intéressant de s’intéresser non seulement à ce qu’ils expriment mais aussi à leurs conditions de production, à leur diffusion, à ce que leurs lecteurs, quand ils en eurent en ont fait.
– La circulation des textes : Quels étaient les ouvrages de la bibliothèque marxiste qui circulaient alors en Afrique ?
– L’apprentissage du socialisme : Il y eut dans certains pays des cours de marxisme, la radio joua aussi un rôle d’éducation au socialisme etc
Ceci amène à soulever d’autres questions, essentielles, étroitement liées d’ailleurs au corpus :
– La question des origines intellectuelles des socialismes africains. On s’intéressera notamment à la question de la formation des théoriciens africains du socialisme, des socialismes et à celles des cadres des régimes se réclamant du socialisme : écoles, études, lectures, rencontres, réseaux de jeunesse etc. A quelle source le consciencisme d’un N’Krumah s’est-il nourri, ou le socialisme bantou d’un Massemba-Débat? Les influences ont pu être multiples, que ce soit celles des marxismes, de l’agrarisme colonial ou du christianisme social. Il serait particulièrement intéressant de se pencher sur le maoïsme en Afrique, sur le pourquoi de son succès et plus largement sur le rapport intellectuel voir affectif ou stratégique à la Chine. Le rapport à l’expérience cubaine peut être aussi intéressant à interroger.
– Les concepts à l’œuvre : on sait qu’une partie des débats ont porté sur la question des classes ( Y a-t-il ou non des classes en Afrique, une classe ouvrière suffisamment développée pour être à l’avant-garde etc) mais il est aussi toute une série d’autres configurations conceptuelles que l’on pourrait interroger : articulation entre socialisme et nationalisme/Internationalisme/Panafricainisme, socialisme et laïcité , socialisme et religion etc
II- « Le socialisme réel » :
Il s’agit d’interroger, au-delà des déclarations d’intention les pratiques et leur rapport au socialisme, voir établir des comparaisons avec les pays du socialisme réel comme l’URSS, la Chine ou Cuba.

Aucun des éléments ci-dessous proposé ne permet à lui seul de définir une pratique socialiste mais peut-être en est-il une condition sine qua non ?

– Planification, On pourra par exemple proposer des études comparées des plans, s’intéresser aux experts, tel Bettelheim ou Samir Amin qui ont participé à leur élaboration, et se poser la question des modèles
– Etatisation de l’économie, Nationalisations
– Réformes agraires
– Coopératives
– Partis uniques : On peut nettement en distinguer deux formes selon une typologie qu’il faudra affiner : le parti de masse où tout le monde à sa carte , et le parti d’avant-garde de type soviétique
– Relations internationales : Les rapports, plus ou moins étroits avec les peuples frères
– Renouvellement des cadres
– Révolutions : culturelle, active
III- Oppositions socialistes
En quoi les oppositions qui se réclament du socialisme le pratiquent-elles ?
On prendra en compte les oppositions anti-coloniales, de même que post-coloniales. Y eut-il des stratégies socialistes d’opposition ? des tratégies plus spécifiquement marxistes ou communistes. Les partis communistes furent généralement interdits après les indépendances. Quelles furent les stratégies de résistance ?
On pourra s’intéresser à des partis clandestins à partir des indépendances comme le PAI, mais aussi aux guerillas de la lutte armée anti-portugaise.
En conclusion
On peut se demander si les typologies visant à rendre compte des diverses modalités doctrinales du socialisme en « Occident » peuvent être utilisées dans le cas africain ? : Socialismes utopiques (dont le prisme est large : d’une forme de socialisme scientiste avec Saint-Simon à des formes religieuses de socialisme avec Lamennais en passant par les expériences communautaires d’un Owen , le fédéralisme et coopérativisme d’un Proudhon etc) , socialisme scientifique , social-démocratie et socialisme « révisionniste », ces catégories ne pourraient-elles pas être réinterrogées voire repensées en tenant compte des socialismes africains ? Ou faut-il au contraire inventer une nouvelle typologie ?

Comment rédiger une notice : quelques consignes

Rédiger des notices biographiques pour le « Maitron Afrique » – Quelques consignes et conseils
D’abord vous pouvez consulter la base Maitron pour vous faire une idée des notices. Cette base est accessible sur abonnement ou à l’intérieur des locaux de certaines universités (dont Paris1) et établissements d’enseignement. Elle est appelée à devenir publique à moyen terme.
Quelques notices sont accessibles à tou-te-s.
L’adresse est : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/
Vous pouvez aussi consulter le Manuel d’aide à la rédaction et à la correction des notices du DBMOMS : https://biosoc.univ-paris1.fr/spip.php?article94

Un mot clé Afrique a été créé auquel pourront être rattachés tous les autres mots-clés souhaités (Pays, périodes etc)
« Maitron Afrique » :
Sur quoi portent les notices :
Dans le « Maitron Afrique » les notices pourront concerner des personnes (syndicalistes, hommes politiques, écrivains engagés etc,.. ) à condition qu’elles aient eu un rôle public –mais il ne s’agit pas non plus d’un bottin mondain !-, des lieux, des associations ou organisations, des manifestations (congrès, festivals….). Elles pourront aussi concerner tout le continent africain (Afrique du Nord comprise). Ceci dit, un dictionnaire Algérie est déjà en cours où sont versées actuellement un nombre important de notices. Il vaudrait donc mieux attendre pour l’Algérie.
Les notices sont signées et toujours perfectibles.
Les débuts :
Toutes les notices devront être validées par le comité éditorial (en constitution).
Il faudra donc les rédiger sous word en tenant compte des consignes ci-après. La mise en forme (Police etc) n’importe pas car la base a ses propres styles.
Et les envoyer à : maitronafrique@gmail.com
(En un deuxième temps, on instituera un système de rédacteurs dotés de mots de passe qui leur permettront de rédiger directement dans la base)

Quelques consignes obligatoires pour la rédaction:

– Chaque notice doit avoir un titre précis. S’il s’agit d’une personne, il faut mentionner tous les prénoms dans leur ordre usuel, et les éventuels surnoms ou pseudo. S’il s’agit d’une association/organisation il faut mentionner son nom complet et son sigle quitte à faire des renvois s’il y a eu plusieurs dénominations. Dans ce cas, il faut l’indiquer.
Chaque notice doit avoir un chapeau de quelques lignes qui en résume l’essentiel. Le chapeau doit être assez significatif pour permettre en particulier de distinguer très vite les homonymes. Il y a un ordre obligatoire :
1. état civil : date et lieu de naissance + date et lieu de décès s’il y a lieu ;
2. profession(s) ;
3. militantisme : principales responsabilités militantes ;
4. principaux mandats électifs.
Bien sur on ne dispose pas toujours de tous les éléments. L’important est, quand on les a de les mettre dans le bon ordre.

– Chaque notice doit comporter une bibliographie (notée Œuvres dans la base) si le personnage sur laquelle elle porte a écrit et, obligatoirement les sources, selon les règles usuelles de la bibliographie. Les sources garantissent le caractère scientifique de la notice. Vous pouvez bien sur utiliser des biographies déjà existantes à condition de les citer, et citer Internet à condition de préciser le jour de consultation.
– Chaque notice doit être assortie d’une série de mots-clés (Par exemple : Sénégal, Syndicalisme, Mouvement de jeunesse, Indépendance, Anti-colonialisme, CGTA, FEANF etc)
Quelques recommandations :
– Format : Il peut dépendre des informations que vous avez (plus ou moins fournies selon les cas). En moyenne le corps de la notice devrait comprendre entre 5 et 10 000 caractères (espaces compris) et surtout, sauf cas tout-à-fait exceptionnel ne pas dépasser 10 000. Mais si vous avez peu d’informations vous pouvez être en dessous de 5000.
– Liens : il est possible et recommandé de faire des liens soit internes (d’une notice à l’autre), soit externes, avec d’autres sources internet en faisant attention au fait que, dans ce cas, ces liens ne seront pas forcément pérennes. Il faut mentionner les adresses dans le corps de la notice à côté du nom à lier. Le lien ne se fait pas sur le titre.
– Images : Il est possible de mettre des illustrations mais peu nombreuses pour ne pas surcharger. Elles apparaîtront comme des vignettes. (voir : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article16947). Si vous le souhaitez envoyer le-s image-s en jpeg et indiquer la source (qui doit être libre de droits).
– Il est possible d’inclure des fichiers audio ou video mais il ne faut là aussi pas abuser. Ces fichiers sont alors stockés sur Dailymotion par exemple et on fait un lien.
– Si une notice existe déjà dans Wikipedia , il sera recommandé d’y faire le lien avec le Maitron.

Autres recommandations
Si vous utilisez ou connaissez d’autres instruments biographiques portant sur l’Afrique, il sera utile de les mentionner pour que nous puissions en établir une liste.

Contact : fblum@univ-paris1.fr

Mai 1972 à Madagascar

Mai 1972 – La révolution malgache
Mai 1972 – Madgascar – Mouvement étudiant – Grève générale
La première république malgache , présidée par Philibert Tsiranana, fut renversée lors d’évènements qui eurent lieu en mai 1972. On appelle parfois cette révolution le « Mai malgache ». Les ingrédients en sont les suivants : des revendications étudiantes corporatistes, une gestion de crise désastreuse par les pouvoirs publics, qui alternativement laissent pourrir ou répriment vigoureusement, une radicalisation politique du mouvement, une répression disproportionnée avec des arrestations massives, qui entraînent l’entrée des adultes et des jeunes chômeurs de la capitale, les ZWAM (Jeunes amateurs de western), dans l’arène , des journées sanglantes marquant une fin de non- retour et la rupture définitive entre le pouvoir et les manifestants, l’ appel à l’armée et la prise du pouvoir par cette dernière. Les manifestants, outre un pouvoir déconsidéré, prennent pour cible les accords de coopération avec la France, en particulier celui sur l’enseignement : ils considèrent que la décolonisation n’est pas achevée et réclament donc une « deuxième indépendance »
On peut voir les origines immédiates du mouvement dans la grève des élèves de l’école de médecine de Befelatanana , à partir du 23 janvier 1972 . Les 210 élèves protestent contre de mauvaises conditions matérielles. Outre les aspects corporatifs, il y a un réel malaise. Befelatanana est une école professionnelle, créée en 1896 pour former les auxiliaires malgaches des médecins français.. L’école forme toujours en 1972 des médecins « au rabais ». Le gouvernement laisse pourrir la situation puis finit par dissoudre l’Association des Etudiants en Médecine et Pharmacie (AEMP) , qui représente les étudiants, et fermer l’école . Au même moment se profilent à l’horizon d’autres réformes partielles (Réforme du BEPC à un mois de l’examen, limite d’âge à l’entrée en 6ème et en seconde). Toutes ces décisions interviennent après un voyage en France du Ministre des Affaires culturelles Laurent Bototeky, qui donne clairement aux étudiants le sentiment que le Ministre a pris ses ordres de Paris.
Après la dissolution de l’AEMP, les lycées Jules Ferry et Galliéni entrent en grève , le 24 avril, pour soutenir leurs camarades avec des slogans tels : « A bas l’impérialisme culturel », « le droit de l’élève ? », « Accords de coopération = Obstacle au développement ». Les élèves ne restent pas confinés à leur établissement mais défilent dans les rues, sont en liaison avec l’université. Ils distribuent dans les établissements scolaires un tract qui comprend déjà ce qui deviendront les slogans les plus unanimes de la grève.
«Primaires, secondaires, universitaires ; Nous sommes tous des enseignés donc tous CON-CERNES ; Les étudiants de Befelatanana se sont dressés pour appuyer leurs revendications : la répression a été féroce ;Toi qui te lèveras pour présenter tes revendications : tu seras baîllonné ; Nul ne peut contester les revendications de Befelatanana : elles sont légitimes ;Nul ne pourra contester tes revendications : elles sont légitimes
TU N’ES PLUS UN GOSSE : TU SAIS CE QUE TU VEUX
Accepteras-tu qu’on étouffe la justice ?
Comme tu es bébé, le Fanjakana Rai-man-dreny [l’Etat « Père et Mère »]ignore délibérément ton droit et ta liberté
PARLE OU CREVE
Comité de grève »
Collèges et établissements privés vont suivre d’autant plus facilement que le 9 avril, le vice-président Calvin Tsiebo a encore jeté de l’huile sur le feu en annonçant à la radio la suppression du concours d’entrée en seconde, qui paraissait un gage de démocratisation. L’annonce de la suppression de ce concours, avant même qu’il ait existé, est l’étincelle de plus qui met le feu aux poudres.
L’université quant à elle accueille alors près de 5 000 étudiants . Mise en place via une Fondation Charles de Gaulle de l’enseignement supérieur, elle est née par décret du 14 juillet 1961 – décret qui regroupe sous le label université les écoles supérieures de science, lettres et droit préexistantes – . Elle dépend , comme tout ce qui concerne l’enseignement supérieur, du septième accord de coopération avec la France. De fait, l’université malgache a un régime français, est soumise aux réformes faites en France –mais est toujours en retard d’une réforme : en 1972, on en est encore à la réforme Fouchet, et la Loi Faure suscite de grandes réticences En 1973, le financement devrait en être assuré à un peu moins de la moitié par la France.
La grève gagne l’université puis l’ensemble des établissements secondaires de Tananarive. Le 26, elle est d’ores et déjà générale. Plusieurs aspects vont contribuer à l’efficacité du mouvement : le mode d’organisation rapidement mis en place par les grévistes , et qui va avec leur qualité de propagandistes ; leur capacité à défiler, à circuler, ralliant au passage des alliés qui les aideront dès le début et ne leur feront pas défaut aux heures cruciales, alliés dont ils sauront aussi obtenir une aide matérielle décisive ; leur inventivité aussi, en matière de slogans et de chansons. Des groupes comme Mahaleho, aujourd’hui toujours célèbre, débuteront lors des évènements et s’y construiront une notoriété. Les slogans, comme les interventions publiques, les inscriptions sur les banderoles et pancartes sont, en début de grève, énoncés en français et en malgache. Au fur et à mesure des évènements, le malgache l’emporte.
Les jeunes gagnent très vite de nombreux soutiens. Celui des associations étudiantes d’abord -: la FAEM (Fédération des associations des étudiants de Madagascar) à laquelle l’affiliation est automatique – , celui des enseignants et de leurs syndicats, celui des parents et en particulier des mères, qui défilent avec leurs enfants, et celui des jeunes chômeurs de Tananarive, regroupés en une sorte de fraternité qu’ils ont intitulé ZOAM (Jeunes amateurs de western) et qu’ils rebaptisent ZOAM (jeunes chômeurs de Tananarive) pendant les évènements.
Les grévistes de la capitale envoient des émissaires à travers tout le pays, en voiture, en bus (où ils bénéficient de places gratuites), en avion même (là aussi gratuitement). La grève s’étend bientôt à toute l’Ile. Partout, les formes et les slogans de la grève sont les mêmes, comme si la lutte avait su réunir habitants des hauts plateaux et côtiers. On discute et on convainc en général facilement les parents. Ces derniers se réunissent, dans des stades, sur les places publiques pour apporter leur soutien, et défilent avec les jeunes. On greffe sur le mouvement général des revendications locales. Ce sont des troubles en province qui vont, à partir du 6 mai, redonner éclat et vigueur à un mouvement Tananarivien qui menaçait de s’étioler. Des heurts ont lieu à Ambalavao entre la police et les manifestants, suivis de quelques arrestations. Très vite la rumeur se répand qu’il y a eu un mort : l’élève Modeste Randrianarisoa, qui aurait été tué par les forces de l’ordre. Peu importe que le jeune homme soit en fait mort d’une fièvre pernicieuse (ce que confirme le certificat d’autopsie conservé dans les archives de Tananarive). La nouvelle remobilise. Des marches funèbres sont organisées. C’est là la première apparition d’une forme de manifestation qui va devenir bientôt composante intégrante de la grève : la cérémonie funéraire, sous toutes ses formes : défilés silencieux, veillées funèbres, messes ….
Le pouvoir a d’abord joué le temps et l’usure. En un second moment, avec la fermeture de l’école de médecine, il joue la répression. Puis il essaye, au stade d’Alorobia, la concertation. Ce sont là facettes d’une stratégie quelque peu incohérente, et presque toujours décalée par rapport à la situation. Les deux principaux protagonistes des grévistes sont Laurent Bototeky et Barthélémy Johasy, ministre chargé auprès de la présidence des Affaires intérieures. Par contre, Tsiranana est absent. Rentré d’une tournée dans le Sud, il repart se reposer dans la station balnéaire de Ranomafana. Il y restera jusqu’au 13 mai malgré l’insistance de son entourage. Mais Tsiranana est malade, hémiplégique, se laisse emporter par de violentes crises de colère. Il ne voit dans le mouvement étudiant qu’un complot communiste venu de l’étranger. Il prend une décision qui lui sera fatale et le conduira à sa chute. Le 12 mai au soir, les FRS encerclent le campus et arrêtent les 395 étudiants qui s’y trouvaient, ainsi que quelques adultes, prêtres catholiques et médecins , ces derniers s’étant portés volontaires pour accompagner les détenus. Les détenus sont expédiés par avion à l’Ile de Nosy Lava, au pénitencier de sinistre mémoire : celui-là même qui avait été la prison des internés de 1947 et des déportés de la révolte du sud, qui s’était soldée, en 1971 par une terrible répression.
Le lendemain 13 Mai, étudiants et travailleurs descendent dans la rue La foule des manifestants (étudiants, employés, travailleurs et Zwam) occupe le centre ville, la place de l’indépendance, se répand devant l’Hôtel de ville. On dénombre jusqu’à 100 000 personnes pour une ville qui en compte 250 000. Les travailleurs portent des pancartes sur lesquelles sont inscrits les noms des établissements où ils travaillent. On réclame le retour des « enfants ». Face à eux, des FRS , notamment sur le toit de l’Hôtel de ville. Peu nombreux, n’ayant apparemment reçu aucun ordre cohérent, ils vont tirer sur la foule. La manifestation se transforme alors en insurrection. Voitures et lieux symboliques sont incendiés. Tsiranana prononce à la radio un discours provoquant et incohérent à la fois. Il menace de mort les insurgés et les accuse d’être des fumeurs de chanvre. Quelques jours plus tard, le pays tout entier est en grève. De même que les étudiants, les grévistes, fonctionnaires, employés ou ouvriers du privé vont faire preuve d’une étonnante capacité d’organisation. Partout dans le pays des comités de travailleurs, les KIM, sont institués, qui délèguent leur pouvoir à un comité central de grève, institué à Tananarive. Durant tous ces jours intenses, le comité central des travailleurs siège au Collège technique d’Ampefiloha, celui des étudiants au campus. Les Zwam, qui se sont rebaptisés Zoam (Jeunes chômeurs de Tananarive) créent aussi leurs comités. Et tous se retrouvent pour des réunions où sont listées les revendications. La plus urgente d’entre elle est maintenant celle de la démission de Tsiranana, appelée de ses vœux par la foule qui scande : « Tsiranana=FRS= Assassins » ; « Tsiranana à Nosy-Lava ». La démission de Laurent Bototeky , le 14 mai est bien trop tardive. C’est désormais la tête du Chef de l’Etat que visent les grévistes. Ils demandent la tenue d’un Congrès national regroupant travailleurs, étudiants et Zoam. Mais on n’oublie pas non plus la dénonciation des accords de coopération, ni les revendications sur l’enseignement et les salaires.
Du 14 au 18, on assiste à un véritable ballet de négociations ponctuées de concessions de la part d’un pouvoir qui va céder aussi radicalement qu’il avait réprimé. Les intercesseurs officiels sont les Chefs des Eglises (catholique , anglicane et protestante), et les militaires. Les intercesseurs officieux sont les Français. L’ambassadeur de France est très hostile à une intervention qui donnerait , d’après lui, le signal d’un massacre des Français, alors même que les troupes françaises sont aux portes de Tananarive.
Les manifestants obtiennent ainsi le retour des jeunes exilés, transportés par avion jusqu’à l’aérodrome d’Ivato puis en car. Et le 16 Mai en fin d’après-midi, une foule silencieuse, bras levés, accueille en silence les 25 cars qui transportent les grévistes. C’est le 16 Mai aussi qu’apparaît le slogan : « le pouvoir à l’armée ». Et il sera écouté : le 16 toujours, Tsiranana nomme le Général Andriamahazo gouverneur militaire de la province de Tananarive. Il fait voter dans l’urgence une réforme constitutionnelle qui ne sera jamais appliquée. Le 18, il annonce officiellement à la radio qu’il dissout le gouvernement et donne les pleins pouvoirs au Général Ramanantsoa. Ce dernier, qui, semble-t-il , a beaucoup hésité à accepter, déclare notamment à une foule en liesse : «Le Président de la République m’a donné les pleins pouvoirs, je suis un militaire, je ne suis pas un politicien. Pour le bien du pays, la vie politique sera mise en sommeil. Je porterai mon effort sur les domaines économique, social et culturel, au bénéfice des plus nécessiteux. Je vous demande de m’aider en reprenant le travail et en faisant preuve de discipline et de patience. Je vais constituer un gouvernement apolitique de militaires et de techniciens. J’ai comme première ligne de conduite de développer l’unité nationale ».
L’appel à l’armée a été, semble-t-il, spontané. Les militants les plus radicaux parmi les étudiants, ceux qui via le comité animation et propagande avaient contribué à radicaliser politiquement le mouvement des jeunes, n’y sont pour rien. Mais l’armée n’est pas intervenue pour défendre le régime. Les militaires, comme nous l’avons vu, ont joué le rôle d’intermédiaire. D’autre part, on demande la démission de Tsiranana et de ses ministres mais il n’y a aucune alternative possible, aucune opposition crédible susceptible de les remplacer. Et la peur du chaos (le ravitaillement manque déjà, on constate une pénurie d’essence…), la peur du vide joue son rôle. Enfin, last but not least , cette révolte est aussi nationaliste, du nationalisme d’un pays qui a vécu trop longtemps sous tutelle, d’un nationalisme indépendantiste. Le drapeau est omni présent : drapeau blanc et rouge aux couleurs de l’ancien royaume merina dont le vert, symbole du PSD, est arraché. La foule conçoit ce recours à l’armée comme transitoire, en attendant la tenue d’un congrès national populaire qui pourrait jouer le rôle d’une constituante. Ouvriers, Zoam et étudiants présentent dès le 20 mai leurs revendications au nouveau pouvoir :
– Garanties des libertés démocratiques ; Assurance que le régime militaire aura un caractère transitoire et cédera la place à un gouvernement défini par une nouvelle constitution ; réunion d’un congrès national – ou Assemblée constituante- qui réunira les travailleurs et les étudiants en vue de définir un nouveau régime et élaborer une nouvelle constitution ; libération de tous les prisonniers politiques détenus par le gouvernement Tsiranana ; Abrogation de l’ordonnance sur la mise en résidence surveillée ; paiement des heures de grève jusqu’au 22 mai à tous les travailleurs des secteurs privés et publics.
Les assurances obtenues du Général Ramanantsoa sont apparemment suffisantes pour les 500 délégués réunis à Ampefiloha , qui déclarent une suspension conditionnelle de la grève, alors que les étudiants, plus méfiants votent la poursuite de la grève. On voit apparaître les premières dissensions d’un mouvement jusqu’alors soudé.
Le Général Ramanantsoa ne cède pas aux pressions et maintient à son poste un Tsiranana auquel il doit sa légitimité. Il transforme le congrès national, effectivement tenu du 9 au 13 septembre en septembre en plébiscite pour un referendum qui, le 8 octobre, assoit son pouvoir. L’expérience de démocratie directe que souhaitaient les insurgés, peut-être inspirés , comme le suggère Robert Althabe, par la communauté villageoise, le Fokolonana, est enterrée.

Bibliographie :
Gérard Althabe, Anthropologie politique d’une décolonisation, Paris, L’Harmattan, 2000 ; Gérard Althabe, « Les luttes sociales à Tananarive en 1972 », Cahiers d’études africaines, vol.20, n°80, 1980, p.407-447 ; Anonyme, « Trois jours qui ébranlèrent Madagascar [Informations recueillies sur place par le G.I.M.O.I] », Le Mois en Afrique. Revue française d’études politiques africaines, juin 1972, p.44-50. ; Françoise Blum., « Madagascar 1972 : l’autre indépendance. Une révolution contre les accords de coopération », Le Mouvement social, n°236, juillet-septembre 2011, p. 61-88. ; Françoise Blum, Révolutions africaines. Congo, Sénégal, Madagascar : années 1960-1970, Rennes, PUR, 2014, 202 p. ; Didier Galibert., « Mai 72 : la deuxième indépendance malgache » dans Yves Combeau (dir.), La Réunion-Madagascar, 1942-1972 : départementalisation et indépendance, Paris ; Saint-Denis, Sedes-Université de la Réunion, 2003. ; Anne-Marie Goguel, Aux origines du mai malgache : désir d’école et compétition sociale, 1951-1972, Paris, Karthala, 2006, 378p. ; J.C. Rabeherifara et Françoise Raison-Jourde., « Identité, contestation et métissage : la chanson malgache dans les années 1970-1980 » dans Monique Chastenet et Jean-Pierre Chrétien. (dir.), Entre la parole et l’écrit : contributions à l’histoire de l’Afrique en hommage Claude-Hélène Perrot, Karthala, 2008, p.173-204. ; Irène Rabenoro., Le vocabulaire politique malgache pendant les évènements de mai 1972, thèse d’État en linguistique, sous la dir. de R. Arnaud et M.Tournier, université Paris-7, 1995. ; Françoise Raison-Jourde et Gérard Roy, Paysans, intellectuels et populisme à Madagascar : De Monja Jaona à Ratsimandrava (1960-1975), Paris, Karthala, 2010. ; Françoise Raison-Jourde., « Être collégien malgache et oser manifester. Initiation à l’héritage occidental et invention locale dans l’occupation de l’espace urbain et la prise de parole en province (1971-1972) », Paris, Sedet, 2011. ; F. Razanakolona, , Les Banderoles et les pancartes dans les manifestations de rue à Tananarive en 1972, Mémoire de maîtrise, Département histoire, Université d’Antananarivo, 2001.

• SOURCES : Centre des Archives diplomatiques de Nantes (CADN), Archives de l’ambassade de France à Tananarive – Cartons 125, 135 et 136. Noté: CADN- AAFT. Ces documents offrent des rapports très complets sur les évènements, y compris en province – on y trouve d’ailleurs un éphéméride, au jour le jour et heure par heure – et permettent d’établir une chronologie très Archives des consulats ; Archives nationales de Madagascar : Fonds présidence. Les archives sont faciles d’accès et sont très précises sur les événements de 1972, tant à Tananarive qu’en province.
• Lumière : journal d’informations, Fianarantsoa, 1972: Cet hebdomadaire publié à Madagascar par l’Eglise catholique a été consulté pour l’année 1972. Il donne des récits précis des évènements ainsi que des témoignages.

Programme de l’atelier

Prochaine séance : Mardi 17 mars 2015 – 17 h : A propos du Dictionnaire des mobilisations et contestations africaines , en présence de Paul Boulland, co-directeur du Maitron

Cette séance aura lieu au Centre Malher, 9 rue Malher, salle 107

Programme général
Atelier BiogrAfrique

Cet atelier de recherches prend la suite du séminaire « Circulations des cultures d’opposition : mouvements politiques et sociaux en Afrique et à Madagascar », co-organisé par le Centre d’histoire sociale du XXe siècle (CHS) et l’Institut des mondes africains (IMAF). Il est conçu comme autant de séances de travail autour d’un thème et est ouvert à tou-te-s. Une séance sur deux de l’atelier concernera la question biographique et les biographies appliquées aux études africaines. L’atelier est inscrit dans le cadre du projet Mutations et défis africains de Paris Nouveaux Mondes (PNM). Il est également lié avec le projet en cours de dictionnaire biographique des mobilisations et contestations en Afrique, qui s’insère dans la base en ligne du Maitron (Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et social)
Animat-rices-eurs de l’atelier : Maria-Benedita Basto (IMAF), Françoise Blum (CHS), Pierre Guidi (IMAF), Héloïse Kiriakou(IMAF), Ophélie Rillon (IMAF), Alexis Roy (IDES), Johanna Siméant (CRPS)….

Lieu : CRPS, Sorbonne. Entrée rue Victor Cousin (puis tourner à gauche et prendre l’escalier du fond jusqu’au CRPS)
Attention : la date de certaines séances est susceptible d’être modifiée ! Une relance sera faite avant chacune d’elles.

Programme prévisionnel 2014-2015

14 Octobre : Biographies : séance introduite par Anne Piriou
25 novembre : Socialismes africains : séance introduite par Françoise Blum , Héloïse Kiriakou, Alexis Roy
16 décembre : Biographies : Autobiographies, mémoires : séance introduite par Ophélie Rillon
13 janvier : Mémoires militantes, mémoires de luttes: séance introduite par Maria-Benedita Basto, Martin Mourre, Ophélie Rillon
17 février : Entretiens autobiographiques filmés : étudiants sénégalais ayant fait leurs études en URSS : séance introduite par Sarah Frioux-Salgas, auteure des entretiens
17 Mars : A propos du Dictionnaire des mobilisations et contestations africaines , en présence de Paul Boulland, co-directeur du Maitron
14 Avril : Biographies militantes : le projet SOMBRERO : séance introduite par Julie Pagis
12 Mai : Socialisme et monde rural (articulation ville/campagne et urbains/ruraux) : séance introduite par Maria-Benedita Basto, Pauline Bernard, Alexis Roy, Romain Tiquet
16 juin : Biographies : prosopographie : séance introduite par Claire Ducournau

Séance du 14 octobre 2014 – Auxiliaires coloniaux en post-colonies

BIOGRAFRIQUES Séance du 14 octobre 2014
Exposé d’Anne Piriou
Auxiliaires coloniaux en post-colonie: figures transitives de la mémoire historique chez les agents indigènes de la Haute-Volta coloniale.

L’annuaire biographique que constitue le 1° numéro de la Revue des Retraités de Haute-Volta, daté de 1980, fournit matière à une analyse de la représentation collective et individuelle que d’anciens employés du public et du privé se font du passé, de leur rôle dans la fondation d’une histoire nationale. Le va-et-vient entre individus singuliers et appartenance collective y est sous-jacent. Le groupe des salariés voltaïques existe à certains moments comme un collectif, à certains moments, il n’existe pas, et ce sont des individus qui le portent.
Nous avons montré que, au-delà d’une mise en scène du groupe social ambigu auquel ils ont appartenu (au moyen de photographies, de notices biographiques qui déploient un large éventail des plantons aux ministres, et de revendications concrètes), les cadres voltaïques retraités déroulent, à l’intention des pouvoirs publics-le gouvernement de la 3° République du général Lamizana -et du corps social voltaïque, un discours sur l’histoire, nourri de fragments et de petits récits de vie ordinaires, loin de la posture héroïque d’un improbable grand récit collectif . Ce faisant ils tentent de surmonter la difficulté à transmettre leur expérience au moment charnière de la transition intergénérationnelle
Nous émettons in fine l’hypothèse d’une mémoire révisionniste de ce groupe, dont le silence sur les grandes révoltes de la Haute-Volta coloniale et la surreprésentation du rôle des chefs « traditionnels » sont autant d’indices.

Comité éditorial par pays

Liste des membres :
Cette liste est en cours de constitution, en particulier en ce qui concerne nos collègues africains dont beaucoup devraient nous rejoindre. Elle n’est donc pas encore fermée.

Afrique du Sud
Benoit Dupin b.dupin@sciencespobordeaux.fr
Afrique portugaise
Maria Beneditta Basto : mbbasto@yahoo.com
Bénin
Eric Hahonou komlavi@ruc.dk
Burkina-Faso

Dragoss Ouedraogo : dragoss1@voila.fr x
Lila Chouli : lila laly laly.lila@gmail.com
Romain Tiquet : romain.tiquet@gmail.com
Cameroun :
Marie-Emmanuelle Pommerolle : mepommerolle@free.fr
Yves Mintoogue : mintooguejy@gmail.com
Cindy Morillas : cindy.morillas@gmail.com
Congo-Brazzaville
Héloïse Kiriakou : kiriakouheloise@gmail.com
Matt Swagler : mattswagler@gmail.com
Rémy Bazenguissa : remy.bazenguissa-ganga@ehess.fr
Congo-Kinshasa
Karine Ramondy : karine.ramondy@orange.fr
Côte d’Ivoire
Jean-Pierre Dozon : jean-pierre.dozon@ehess.fr
Egypte
Assia Boutaleb : assia.boutaleb@cjb.ma
Didier Monciaud: monciaud@yahoo.com
Ethiopie
Pierre Guidi : pierreguidi@outrenet.com
Mehdi Labzae : mehdi.labzae@gmail.com
Ghana
Antoine de Boyer : adeboyer4@yahoo.fr
Anne Hugon : anne.hugon@wanadoo.fr
Guinée
Céline Pauthier : celinepauthier@gmail.com
Odile Goerg : o.goerg@free.fr
Kenya
Marie-Emmanuelle Pommerolle : mepommerolle@free.fr
Madagascar
Françoise Raison : Françoise raison fr75004@gmail.com
Faranirina Rajaonah : faranirina.rajaonah@univ-paris-diderot.fr.
Nicolas Courtin
Malawi
Paul Grassin paul.grassin01@gmail.com
Blessings Chinsinga
Elias Mandala
Mali :
Ophélie Rillon : ophelie.rillon@gmail.com
Alexis Roy : royalexi@gmail.com
Johanna Siméant : jsimeant@univ-paris1.fr
Niger
Tatiana Smirnova : taniyasmirnova@yahoo.fr
Klaas van Walraven :Walraven@ascleiden.nl
Abdourahmane Idrissa :abdouramane@gmail.com
Nigéria
Jean-Luc Martineau : paris18jlm@gmail.com
Ouganda
Florence Brisset : Florence.Brisset-Foucault@univ-paris1.fr
Pauline Bernard : pauline.bernard2@gmail.com
Sandrine Perrot : sandrine.perrot@sciences-po.org
République centrafricaine
Karine Ramondy : karine.ramondy@orange.fr
Sénégal :
Séverine Awenengo Dalberto : sawenengo@yahoo.fr
Françoise Blum : fblum@univ-paris1.fr
Martin Mourre : martinmourre@hotmail.com
Emmanuelle Bouilly : emmanuelle.bouilly@yahoo.fr
Soudan/Sud Soudan
Elena Vezzadini : elenavezz@gmail.com
Tanzanie
Sophie Moulard : sophiemoulard7@gmail.com
Tchad
Marielle Debos : marielle.debos@u-paris10.fr
Togo
Sophie Moulard : sophiemoulard7@gmail.com
Tunisie
Choukri Hmed : chmed@free.fr