Séance du 17 Mars 2015

CR Atelier du mardi 17 mars : Maitron Afrique.

Paul Boulland, co-responsable du Maitron a présenté les différentes possibilités offertes par la base en ligne Maitron : Possibilités de recherche via le moteur de recherche, où il sera bientôt possible d’interroger sur le seul corpus du Dictionnaire Afrique, possibilités offertes par l’indexation. Il est possible par exemple de restreindre l’interrogation au chapeau, ou au contraire de la faire sur l’ensemble de la notice.

Les notices du Dictionnaire Afrique sont indexées à part, les Index déjà présents dans la base Maitron s’étant révélés inutilisables pour des terrains africains.

Jusqu’à présent, seule F. Blum a entré des notices dans le Dictionnaire. A court terme, il serait souhaitable que chaque comité éditorial se charge de ce travail, ce qui permettra de mieux coordonner et maitriser le travail.
Chaque contributeur du Dictionnaire peut obtenir un login et un mot de passe qui lui permettra de voir l’intégralité des notices et, d’entrer les notices dans le dictionnaire. Pour cela il faut s’adresser à Paul Boulland : paul.boulland@orange.fr
Une formation pourra être organisée pour celles et ceux qui le souhaitent
Plusieurs index sont à renseigner :
1- Par mots-clés thématiques : un premier thesaurus franco-anglais a été mis en place qu’il faut continuer à enrichir. Il comprend des concepts tels que Anti-colonialisme, syndicalisme, syndicalisme étudiant etc. D’ores et déjà une liste de mots-clés est proposée. Si aucun ne correspond, il faudra alors créer un nouveau mot-clé . L’essentiel est, cependant de ne pas trop diversifier les mots-clés et d’uniformiser les pratiques. Une première liste à compléter est disponible sur le blog biograf. D’autre part, il existe un mot-clé « Femme » utile pour rechercher les notices de femmes. Il a été proposé et accepté de rajouter le mot-clé homme.
2- Index pays : il est évident impératif, mais aussi relativement simple de le renseigner. Cela pose néanmoins quelques problèmes . On peut être né dans le Soudan français et vivre au Mali. Dans ce cas la solution choisie est d’indexer et Soudan français et Mali.
3- Index Métiers : il s’agit d’une liste de métiers à constituer au fur et à mesure, de la façon la plus précise possible.
4- Index socio-professionnel : il s’agit là des grands secteurs d’appartenance professionnelle (Batiment, enseignement etc)
5- Fonctions politiques : par ex. Ministre, député etc
6- Fonctions « honorifiques » : il faudrait trouver une autre dénomination . Il s’agit par exemple de : Président-e de la commission X des Nations Unies, secrétaire général du BIT etc.
7- Par organisations, associations etc.
La pertinence de construire des index sur le critère de la religion a été évoqué. Il semble préférable d’introduire le critère religieux par le biais des formations (Ecole etc), associations etc plutôt qu’en faire un crière spécifique d’indexation.
Il est prévu de refaire un petit guide à usage des membres de l’équipe Dictionnaire Afrique et à celui des contributeurs : Comment rédiger une notice, nombre de signes, structure du chapeau (obligatoire) et de la notice (conseillée) etc. Ce guide sera en français et en anglais.
Il a été rappelé que le Dictionnaire prétendait à couvrir toute l’Afrique , Afrique du Nord comprise, à l’exception pour l’instant de l’Algérie, parce qu’un Dictionnaire Algérie est en cours et qu’il faut de ce fait attendre pour éviter les doublons.
Le problème des langues, très important, a été abordé. Il est souhaitable que le Dictionnaire soit bi-lingue (français-anglais). Les notices peuvent être envoyées en français ou en anglais, à charge pour l’équipe de les traduire. Les index sont d’ores et déjà bilingues.
Le problème, également, des limites du dictionnaire a été discuté. En un premier temps, il s’agit d’être plutôt pragmatique et de ne pas se donner de limite, ni chronologique, ni conceptuelle. Tout ce qui est engagé, engagement peut être pris en compte. Il serait néanmoins souhaitable, d’ici 6 mois, quand le corpus sera plus consistant d’organiser une journée d’études autour du dictionnaire, où l’on aborderait les questions de la biographie en études africaines de même que celles liées aux définitions de l’engagement. A priori, il n’y a aucune raison de limiter le corpus aux engagements « de gauche » et ce d’autant plus que dans la vie d’un individu les engagements peuvent évoluer. Dans le Maitron, on trouve les notices de gens comme Doriot ou Déat, qui ont commencé « à gauche » et fini « à droite ».
Il a également été question de faciliter une navigation selon les différents pays. Cela devrait être possible à court terme.
Avant même l’existence du Dictionnaire Afrique, le Maitron comprenait des notices de personnalités qui, à un moment ou l’autre étaient passées par l’Afrique. Cela permet une double interrogation, ou plutôt une interrogation à 2 niveaux : Sur l’ensemble du dictionnaire : dans ce cas, les réponses comprendront aussi des noms pour qui l’Afrique est à la marge ; sur le seul Dictionnaire Afrique : et là l’Afrique sera au cœur.

Le problème des échéances à donner pour « contraindre » les contributeurs à rendre leurs notices a été évoqué. On sait qu’il est très difficile de travailler sans dead line. Cette dead line pourrait être fournie par la publication de lettres électroniques thématiques, par exemple : les militants du Pai, les militaires marxistes. Ces lettres pourraient être fabriquées à partir du blog hypotheses de l’atelier BiogrAfrique.

Les animateurs présents des différents comités éditoriaux ont expliqué où en étaient leurs travaux. Pierre Guidi pour l’Ethiopie, Elena Vezzadini pour le Soudan, Johanna Siméant et Ophélie Rillon pour le Mali, Héloïse Kiriakou pour le Congo, Françoise Raison pour Madagascar, Céline Pauthier et Odile Goerg pour la Guinée, Martin Mourre et Emmanuelle Bouilly pour le Sénégal, Sara Panata pour le Nigéria. Benoit Dupin avait envoyé un CR du travail du comité Afrique du Sud. Deux nouveaux venus, Elsa Paris qui travaille sur les trajectoires des étudiants sénégalais et ghanéens et Florent Piton qui travaille sur le Rwanda ont apporté leur contribution. Le cas du Rwanda est extremement complexe et doit être abordé avec précaution, mais il est en tous cas intéressant qu’il soit représenté dans le Dictionnaire. Même si des notices n’ont pas toujours été produites, des contacts ont été pris, des notices réparties et on devrait avoir avant l’été toute une série de notices supplémentaires.

Il serait aussi tout-à-fait souhaitable de mettre à contribution des étudiants de Master (en les notant pour les notices).
Fabrice Melka a souligné l’intérêt de se poser la question de l’usage à venir du Dictionnaire. S’agit-il d’un dictionnaire, ou d’un outil à usage prosopographique ?

En juillet un projet de table-ronde sur les biographies a été soumis à l’ECAS par Martin Mourre et Héloïse Kiriakou.

La prochaine séance de l’atelier BiogrAfrique se tiendra le mardi 14 avril de 14 h à 16 h. On recevra Julie Pagis, qui parlera du projet Sombrero.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.