Quelques titres

-Amadou Hampâté Bâ, 1991 : Amkoullel, l’enfant Peul, Mémoires, tome 1, Actes sud, Arles, 535 p.

Dans le premier volume de son autobiographie, A. H. Bâ, intellectuel malien, raconte son enfance et son adolescence au début du XXe siècle, dans ce qui était alors le Soudan français. A travers sa généalogie familiale, il revient d‘abord sur l’histoire des derniers empires de la boucle du Niger avant la conquête coloniale, étant descendant à la fois de Peuls de la Dîna, l’empire du Macina, et de Toucouleurs de l’armée d’El Hadj Omar.

Il y raconte également son éducation à Bandiagara, ses premiers contacts avec « l’école des Blancs », sa vie dans les associations de jeunesses (Waaldé en langue Peul). Il poursuit ensuite sa scolarité à Djenné, Kati puis Bamako. Sa mère refusant qu’il aille terminer ses études à l’Ecole Normale William Ponty, au Sénégal, il devient « écrivain temporaire » (p. 503) au service de l’administration, à Ouagadougou. L’ouvrage s’achève sur son départ vers ce poste.
Ce récit offre un précieux témoignage sur le Soudan au début de la période coloniale, sur les contacts entre colonisées et colons, et sur les premières générations de scolarisées. Il présente également ne nombreux passages sur les sociétés Peuls, et plus généralement sur les peuples qui composent alors le Soudan.

-Amadou Hampâté Bâ, 1994 : Oui, mon commandant !, Mémoires, tome 2, Actes sud, Arles, 396 p.

Dans le second volume de son autobiographie, A. H. Bâ raconte principalement ses péripéties de jeune « fonctionnaire indigène » en Haute-Volta (ex Burkina Faso), notamment à Ouagadougou, Dori, Tougan et Ouahigouya. Il évoque également son mariage et la naissance de son premier enfant.
Cet ouvrage illustre très bien les différents rapports entre administrateurs coloniaux, fonctionnaires subalternes issus des colonies et populations colonisées.

-Mamadou Cissokho, 2009 : Dieu n’est pas un paysan, Présence Africaine Editions et Grad, Paris/Bonneville, 295 p.

Mamadou Cissokho, instituteur de formation, fait son « retour à la terre » au milieu des années 1970, en s’installant à Bamba Thialène, dans l’est du Sénégal. A travers son parcours, son ouvrage retrace l’histoire de la structuration progressive des mouvements paysans sénégalais, d’associations à l’échelle villageoise à la fin des années 1970 à la constitution de grandes Organisations Paysannes nationales (Comité National de Concertation des Ruraux en 1993), puis à l’échelle sous-régionale avec la création du Réseau des Organisations Paysannes et de Producteurs en Afrique de l’Ouest (ROPPA) en 2000.
Rare sont les leaders paysans africains à avoir produit leur autobiographie, ce qui rend cet ouvrage d’autant plus précieux. Au-delà de l’histoire de M. Cissokho et de celle des mouvements paysans sénégalais, l’auteur expose également sa vision du devenir de la paysannerie familiale ouest-africaine, mais encore des rapports entre les paysans, leurs organisations et l’Etat et les bailleurs de fonds.

Gologo, Mamadou, 1963 : Le rescapé de l’ethylos, Présence africaine, Paris, 378 p.

Dans son autobiographie Mamadou El Béchir Gologo, militant de l’Union Soudanaise-Rassemblement Démocratique Africain (US-RDA), qui sera ministre de l’information de la République du Mali de 1960 à 1968, revient sur la première partie de sa vie, de sa naissance à Koulikoro jusqu’à la fin des années 1950. Il raconte son parcours scolaire à Bamako puis à Dakar, puis sur son expérience de médecin à travers différentes localités du Soudan (ex Mali). Le titre de l’ouvrage renvoie à ses déboires avec l’alcool, qui tiennent une place importante dans son parcours de vie, lui valant notamment de nombreuses mutations puis sa révocation en 1950. Il travaille ensuite comme médecin à l’Office du Niger, ou il aide les paysans à créer un syndicat.

Keïta, Aoua, 1975 : Femme d’Afrique. La vie d’Aoua Keïta racontée par elle-même, Présence africaine, Paris, 395 p.

Aoua Keïta, sage-femme de formation, était militante de l’Union Soudanaise-Rassemblement Démocratique Africain (US-RDA), parti au sein duquel elle exerça différentes responsabilités (responsable local, Députée, membre du Bureau Politique National). Dans son ouvrage elle évoque uniquement la première partie de sa vie, jusqu’à l’indépendance du Mali. Après une enfance passée à Bamako et le récit de sa scolarité à l’école des filles au début des années 1920, l’auteure revient brièvement sur sa formation de sage-femme à Dakar, puis sur ses premières expériences professionnelles après son affectation à Gao, au nord du Soudan (ex Mali). Elle adhère à l’US-RDA dès sa création en 1946, dont elle sera une infatigable militante. Elle raconte ainsi ses différents combats politiques au grès des localités maliennes où elle est mutée (Gao, Nara, Kati) et même en Casamance (Sénégal).
L’autobiographie d’Aoua Keïta croise le récit de ses combats pour les femmes, tant sur le plan professionnel que politique, et de la vie quotidienne d’une militante politique dans cette période charnière que fut celle qui va de la seconde guerre mondiale à l’indépendance, de la répression de son parti et de ses militants (dont elle offre un bel exemple) à sa victoire.

Alexis Roy

Amady Aly Dieng, Mémoires d’un étudiant africain, Dakar, Codesria, 2011, 2 vol. volume I : de l’école régionale de Diourbel à l’université de Paris( 1945-1960); volume II : de l’université de Paris à mon retour au Sénégal (1960-1967)

“Mémoires d’un étudiant qui est un pur produit tropical de la Renaissance, du siècle des Lumières et du XXe siècle dominé par la pensée de Marx”. Ainsi se termine, en une formule choc le deuxième volume de cette autobiographie étudiante. Amady Aly Dieng, est un universitaire réputé, ancien doyen à l’université de Dakar, et intellectuel marxiste proche de Samir Amin. Ces deux volumes sont passionnants car ils restituent l’itinéraire d’un fils de fonctionnaire aux chemins de fer de l’AOF qui a réussi un brillant itinéraire scolaire qui le mène de l’Ecole régionale de Diourbel à l’ENFOM (dont il sera d’ailleurs expulsé pour faits militants anticolonialistes) et au Doctorat de droit obtenu à Paris, en passant par le lycée Faidherbe de Saint-Louis et l’université de Dakar. C’est un parcours scolaire mais aussi un parcours militant qui est ici retracé . Amady Aly Dieng est secrétaire général de l’AGED à Dakar (il sera d’ailleurs de ceux qui transformeront l’AGED en UGEAO), puis à Paris, il entre au CE de la FEANF avant d’en être le président en 1961. Il est brièvement membre du Parti communiste français dont il suit les cours délivrés à l’Université nouvelle. Il est un des dirigeants du MEPAI, l’antenne étudiante du Parti africain de l’indépendance (PAI). Ces responsabilités politiques et syndicales le conduisent à voyager à travers le monde , de Vienne à Prague, Varsovie et Moscou , de Pékin à Ibadan et au Caire. Le livre est une autobiographie mais Amady Aly Dieng a une très précieuse capacité d’analyse conceptuelle qui le fait se situer dans son temps et offrir à travers un itinéraire singulier une sorte de sociologie de l’éducation et du militantisme dans l’Afrique des années 50 et 60. Il apporte de très précieux renseignements sur les institutions scolaires et organisations qu’il a connues, qu’il s’agisse du lycée Faidherbe à Saint-Louis, de l’AGED et UGEAO à Dakar, ou encore de la FEANF ou du PAI, dont il nous décrit longuement la crise. Il insiste, à juste raison, sur les bibliothèques étudiantes de l’époque, qu’elles soient ou non marxistes. Autobiographie certes, ces deux volumes sont aussi une sorte de biographie collective des étudiants africains de la charnière des années 50 et 60.
On peut compléter la lecture de cette autobiographie par celle d’un entretien en ligne sur le site du Codesria : Entretien avec Amady Aly Dieng : Lecture critique d’un demi-siècle de paradoxes. Abderrahmane Ngaïdé. Dakar, CODESRIA, 2012, 148 p.

Ousmane Camara, Mémoires d’un juge africain : itinéraire d’un homme libre, Dakar/Paris, CREPOS/Karthala, 2010, 306 p.
Il s’agit de la biographie d’Ousmane Camara qui fut militant étudiant, à l’AGED et à l’UGEAO puis à la FEANF, puis membre de l’UPS, magistrat à la cour suprême et plusieurs fois ministre sous la présidence de Senghor. Il fut en fin de carrière médiateur de la République et enfin président du Conseil constitutionnel. Sa biographie est aussi un point de vue, et à ce titre très précieuse, sur la vie politique du Sénégal , des années 50 aux années 80. Pour ne prendre qu’un exemple, mais non des moindres, Ousmane Camara fut procureur de la Haute cour de justice qui jugea le président du Conseil Mamadou Dia et ses co-accusés pour tentative de coup d’état. Il nous rapporte les détails de ce procès qui fut incontestablement un des temps forts dans l’existence de la toute nouvelle République et détermina pour longtemps, en se soldant par la condamnation à perpétuité (commuée ensuite) de Mamadou Dia le destin du pays. A lire donc pour toute personne qui s’intéresse à l’histoire sénégalaise récente.

Françoise Blum


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.