Séance du 25 novembre : a propos des socialismes africains

La séance a porté sur les socialismes africains. Trois intervenant-e-s (Françoise Blum, Héloïse Kiriakou et Alexis Roy) ont évoqué un certain nombre de pistes de recherche qui pourrait servir à construire le programme d’un colloque consacré aux Socialismes africains. La fin de la séance a permis de faire un point sur le Maitron Afrique. Un compte rendu sera bientôt disponible sur ce site.

Cliquer ici pour avoir accéder à l’enregistrement de la séance

Une proposition d’appel à communications pour un futur colloque a été ainsi proposé.

Colloque Socialismes africains/Socialismes en Afrique

« La définition que les uns et les autres ont donnée de la voie du socialisme africain montre que le moment n’est pas encore venu de le définir” (Cité par Charles, 1965 : 861).

Si cet appel à communications existe, c’est que les auteurs ont pensé, au contraire, que les temps étaient venus non pas tant de définir, que de donner aux socialismes africains et/ou aux socialismes en Afrique la place qui leur revient dans l’historiographie générale du socialisme et dans celle de l’Afrique. Les histoires du, des socialismes, qu’ils soient ou non « réels » oublient systématiquement l’Afrique. Or il a existé en Afrique de très nombreux régimes qui se sont réclamés du socialisme « africain », ou « scientifique », de même que de très nombreux opposants qui ont d’autant plus cherché leur inspiration dans les outils théoriques construits par le marxisme –ou sa vulgate-, que celui-ci leur semblait proposer une théorie de l’histoire favorable à l’avenir des peuples coloniaux ou anciennement coloniaux. Des modèles prétendant au socialisme réel existaient qu’il s’agisse de l’URSS, des démocraties populaires, de la Chine ou Cuba, offrant aussi une panoplie réelle ou fantasmée, prête à servir. Mais au-delà de ces exemples étrangers que l’on a parfois essayé d’imiter ou d’adapter, il y eut aussi l’invention d’un socialisme qui se voulait adapté à l’Afrique, réfléchissant les spécificités du continent , et puisant dans son passé ses racines théoriques.
Le colloque s’intéressera à toute l’Afrique, du Nord et du Sud, de l’Est et de l’Ouest, anglophone, francophone ou lusophone. Il se veut résolument inter-disciplinaire.
Nous n’entrerons pas dans des querelles sémantiques. Le terme « socialiste » est en lui-même très polysémique ce qui a le mérite d’en permettre une compréhension à la fois souple et large.
Pour la clarté de l’exposé nous distinguerons trois grands pôles qu’il sera conseillé d’articuler.
I – Corpus
Il sera bienvenu de porter son attention sur un certain nombre d’objets :
– Déclarations de principe et emblèmes : Constitutions, chartes , déclarations de principe, congrès , presse officielle, adhésions à l’Internationale socialiste , sont autant d’occasions d’affirmer des principes socialistes. Mais les textes ne sont pas les seuls lieux de déclaration du socialisme : statuaire et toponymie , expressions artistiques diverses participent aussi à ces entreprises de définition . Des statues de Marx, Engels, Lénine ou Staline ont été érigées, des rues ou places ont été baptisées avec les noms empruntés au panthéon socialiste.
– Le corpus socialiste africain : Un certain nombre de textes émanant soit de leaders au pouvoir, soit d’opposants ont posé des jalons doctrinaires, voir ont fait office de doctrine officielle. Il sera intéressant de s’intéresser non seulement à ce qu’ils expriment mais aussi à leurs conditions de production, à leur diffusion, à ce que leurs lecteurs, quand ils en eurent en ont fait.
– La circulation des textes : Quels étaient les ouvrages de la bibliothèque marxiste qui circulaient alors en Afrique ?
– L’apprentissage du socialisme : Il y eut dans certains pays des cours de marxisme, la radio joua aussi un rôle d’éducation au socialisme etc
Ceci amène à soulever d’autres questions, essentielles, étroitement liées d’ailleurs au corpus :
– La question des origines intellectuelles des socialismes africains. On s’intéressera notamment à la question de la formation des théoriciens africains du socialisme, des socialismes et à celles des cadres des régimes se réclamant du socialisme : écoles, études, lectures, rencontres, réseaux de jeunesse etc. A quelle source le consciencisme d’un N’Krumah s’est-il nourri, ou le socialisme bantou d’un Massemba-Débat? Les influences ont pu être multiples, que ce soit celles des marxismes, de l’agrarisme colonial ou du christianisme social. Il serait particulièrement intéressant de se pencher sur le maoïsme en Afrique, sur le pourquoi de son succès et plus largement sur le rapport intellectuel voir affectif ou stratégique à la Chine. Le rapport à l’expérience cubaine peut être aussi intéressant à interroger.
– Les concepts à l’œuvre : on sait qu’une partie des débats ont porté sur la question des classes ( Y a-t-il ou non des classes en Afrique, une classe ouvrière suffisamment développée pour être à l’avant-garde etc) mais il est aussi toute une série d’autres configurations conceptuelles que l’on pourrait interroger : articulation entre socialisme et nationalisme/Internationalisme/Panafricainisme, socialisme et laïcité , socialisme et religion etc
II- « Le socialisme réel » :
Il s’agit d’interroger, au-delà des déclarations d’intention les pratiques et leur rapport au socialisme, voir établir des comparaisons avec les pays du socialisme réel comme l’URSS, la Chine ou Cuba.

Aucun des éléments ci-dessous proposé ne permet à lui seul de définir une pratique socialiste mais peut-être en est-il une condition sine qua non ?

– Planification, On pourra par exemple proposer des études comparées des plans, s’intéresser aux experts, tel Bettelheim ou Samir Amin qui ont participé à leur élaboration, et se poser la question des modèles
– Etatisation de l’économie, Nationalisations
– Réformes agraires
– Coopératives
– Partis uniques : On peut nettement en distinguer deux formes selon une typologie qu’il faudra affiner : le parti de masse où tout le monde à sa carte , et le parti d’avant-garde de type soviétique
– Relations internationales : Les rapports, plus ou moins étroits avec les peuples frères
– Renouvellement des cadres
– Révolutions : culturelle, active
III- Oppositions socialistes
En quoi les oppositions qui se réclament du socialisme le pratiquent-elles ?
On prendra en compte les oppositions anti-coloniales, de même que post-coloniales. Y eut-il des stratégies socialistes d’opposition ? des tratégies plus spécifiquement marxistes ou communistes. Les partis communistes furent généralement interdits après les indépendances. Quelles furent les stratégies de résistance ?
On pourra s’intéresser à des partis clandestins à partir des indépendances comme le PAI, mais aussi aux guerillas de la lutte armée anti-portugaise.
En conclusion
On peut se demander si les typologies visant à rendre compte des diverses modalités doctrinales du socialisme en « Occident » peuvent être utilisées dans le cas africain ? : Socialismes utopiques (dont le prisme est large : d’une forme de socialisme scientiste avec Saint-Simon à des formes religieuses de socialisme avec Lamennais en passant par les expériences communautaires d’un Owen , le fédéralisme et coopérativisme d’un Proudhon etc) , socialisme scientifique , social-démocratie et socialisme « révisionniste », ces catégories ne pourraient-elles pas être réinterrogées voire repensées en tenant compte des socialismes africains ? Ou faut-il au contraire inventer une nouvelle typologie ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.