Séance du 14 octobre 2014 – Auxiliaires coloniaux en post-colonies

BIOGRAFRIQUES Séance du 14 octobre 2014
Exposé d’Anne Piriou
Auxiliaires coloniaux en post-colonie: figures transitives de la mémoire historique chez les agents indigènes de la Haute-Volta coloniale.

L’annuaire biographique que constitue le 1° numéro de la Revue des Retraités de Haute-Volta, daté de 1980, fournit matière à une analyse de la représentation collective et individuelle que d’anciens employés du public et du privé se font du passé, de leur rôle dans la fondation d’une histoire nationale. Le va-et-vient entre individus singuliers et appartenance collective y est sous-jacent. Le groupe des salariés voltaïques existe à certains moments comme un collectif, à certains moments, il n’existe pas, et ce sont des individus qui le portent.
Nous avons montré que, au-delà d’une mise en scène du groupe social ambigu auquel ils ont appartenu (au moyen de photographies, de notices biographiques qui déploient un large éventail des plantons aux ministres, et de revendications concrètes), les cadres voltaïques retraités déroulent, à l’intention des pouvoirs publics-le gouvernement de la 3° République du général Lamizana -et du corps social voltaïque, un discours sur l’histoire, nourri de fragments et de petits récits de vie ordinaires, loin de la posture héroïque d’un improbable grand récit collectif . Ce faisant ils tentent de surmonter la difficulté à transmettre leur expérience au moment charnière de la transition intergénérationnelle
Nous émettons in fine l’hypothèse d’une mémoire révisionniste de ce groupe, dont le silence sur les grandes révoltes de la Haute-Volta coloniale et la surreprésentation du rôle des chefs « traditionnels » sont autant d’indices.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.