Cheikh Anta Diop par Martin Mourre

Diop, Cheikh Anta

Né le 29 décembre 1923 à Caytu (région de Diourbel, Sénégal) décédé le 7 février 1986 à Dakar (Sénégal) ; égyptologue, linguiste, physicien, militant de l’Association des Étudiants du Rassemblement Démocratique Africain (AERDA) et de la Fédération des étudiants d’Afrique Noire en France (Feanf). Fondateur du Bloc des Masses Sénégalaises (BMS), du Front National Sénégalais (FNS), du Rassemblement National Démocratique (RND)

Cheikh Anta Diop est né le 29 décembre 1923 à Caytu dans la région du Baol une région de l’intérieur du Sénégal. Le Baol, terroir majoritairement wolof au cœur du bassin arachidier sénégalais, est une place forte des dignitaires de l’islam noir sénégalais, en particulier mouride. C’est ici que le fondateur de cette confrérie, Cheikh Amadou Bamba (1853-1927), fonde la ville sainte de Touba au milieu des années 1920 et c’est dans cette atmosphère que grandit Cheikh Anta Diop. Son oncle maternel, par alliance, est d’ailleurs Cheikh Anta M’Backé, frère cadet de Cheikh Amadou Bamba. Si Cheikh Anta Diop porte ce prénom, c’est en hommage à cet oncle. Cette origine sociale, et la proximité qu’il a toujours conservée avec sa région de naissance – Cheikh Anta Diop est d’ailleurs enterré à Caytu –, explique la popularité dont il a joui au Sénégal, tout au long de son vivant. À contrario, ces éléments expliquent aussi, peut-être et en partie seulement, le conflit qui l’a longtemps opposé à Léopold Sédar Senghor, dont le père était un riche commerçant, catholique de la côte atlantique, élevé dès son plus jeune âge par les pères spiritains. Cheikh Anta Diop est donc né en 1923, la même année qu’un autre de ses compatriotes célèbre, Ousmane Sembène. Naturellement, il fréquente d’abord l’école coranique. C’est très tôt un esprit brillant, doté d’une conscience politique panafricaine conjuguée avec un appétit pour les problèmes scientifiques, en témoigne une anecdote où il imagine traduire en wolof des classiques de la philosophie européenne, rédiger dans cette langue une histoire du Sénégal et en publier toute la littérature épique et poétique. Pour écrire en wolof, il pense établir « un système de transcription autonome devant pallier les insuffisances de l’alphabet latin. Il destine d’emblée son alphabet à toutes les langues africaines » .
Cheikh Anta Diop effectue sa scolarité entre Diourbel, le lycée Faidherbe à Saint-Louis et le lycée Van Vollenhoven de Dakar, deux creusets de l’élite sénégalaise militante dans les années 1940 et 1950. En 1945, il obtient deux Baccalauréats – scientifique et littéraire, performance remarquable – et part l’année suivante poursuivre ses études en France grâce à une bourse octroyée par la municipalité de Dakar, dirigée par Lamine Guèye. Arrivé à Paris en avril 1946, Cheikh Anta Diop s’inscrit à la rentrée suivante en classe préparatoire « Math-sup » au lycée Henri IV. Parallèlement, tout en poursuivant des recherches en linguistique, il prépare une licence de philosophie à la Sorbonne qu’il obtient en juin 1948. L’année suivante, il s’inscrit en Doctorat Es lettres, composé à l’époque d’une thèse principale et d’une thèse complémentaire. Les enseignants qui encadrent son travail sont des personnalités reconnues du monde scientifique : le philosophe Gaston Bachelard pour la première – le titre du sujet déposé était L’avenir culture de la pensée africaine – et l’ethnologue Marcel Griaule pour la seconde – dont le titre était Qu’étaient les Égyptiens prédynastiques ?, sujet enregistré en 1951. Néanmoins, devant l’ampleur des champs couverts, Cheikh Anta Diop ne parvient pas à réunir un jury devant lequel soutenir son travail. Ce sera la publication de Nations nègres et culture en 1954, le livre le plus audacieux qu’un Noir ait jamais écrit selon les mots d’Aimé Césaire dans son Discours sur le colonialisme. Ce livre paraît chez Présence africaine, la maison d’édition fondée quelques années plus tôt par Alioune Diop.
Mais, en ce début des années 1950, Cheikh Anta Diop est aussi un militant convaincu. Dès 1946, à son arrivée dans la capitale française, il contribue à créer l’Association des Étudiants Africains (AEA) , puis décide de militer en 1950 pour le Rassemblement Démocratique Africain, le grand parti fédéraliste constitué au congrès de Bamako en octobre 1946. En 1950, donc, la même année que le lancement de la Fédération des Étudiants d’Afrique Noire dont il est par ailleurs militant, est fondé l’Association des Étudiants du Rassemblement Démocratique Africain (AERDA). Cheikh Anta Diop en est le secrétaire général de 1951 à 1953. Parmi toutes les associations d’étudiants africains présents en métropole cette association est celle qui adopte la ligne politique la plus radicale, notamment en s’opposant parfois aux députés du RDA. On peut avoir une vue de ses positions dans son organe de presse La Voix de l’Afrique noire. Dans un premier temps, Cheikh Anta Diop en est le responsable politique, tandis que le secrétaire de rédaction est Babacar Niang. En ce début des années 1950, les idées nationalistes de Cheikh Anta Diop sont déjà bien ancrées…et inquiètent les autorités coloniales. En témoigne cette note du service de sûreté datée de juillet 1952 où il y est écrit que son arrivée prochaine au Sénégal « est attendue avec enthousiasme par l’élite africaine des localités de Dakar et Rufisque. DIOP Cheikh Anta est l’animateur du mouvement nationaliste africain dont il défend âprement le point de vue dans son journal ‘La Voie [sic] de L’Afrique Noire’. Sa réception est fiévreusement préparée par les jeunes intellectuels africains de Dakar. Il tiendrait sa première conférence au Comité d’Études France Africaines, rue Raffenel a angle rue Grasland. DIOP Cheikh Anta, ne ménagera pas ses vacances scolaires qu’il désirerait consacrer sous les auspices du Parti RDA à des activité à travers des centres du territoire » . Le militant sénégalais a aussi des idées panafricaines bien établies qui se traduisent notamment par la volonté d’établir des liens avec d’autres organisations estudiantines d’Afrique comme la West African Student Union (WASU), la grande organisation anglophone des étudiants d’Afrique de l’Ouest. Il y aura ainsi un premier congrès, organisé grâce à l’AERDA, tenu entre le 4 et le 8 juillet 1951. Mais l’action de Cheikh Anta Diop est cependant plus étendue que le seul monde étudiant, et le seul monde africain. Il participe ainsi aux Congrès des écrivains et artistes noirs à la Sorbonne en 1956 et à celui de Rome en 1959 où il présente à chaque fois une communication . Ces congrès furent l’occasion de rencontres, et parfois de malentendus, entre les intellectuels du continent africain et ceux des diasporas des Etats-Unis et des Antilles.
C’est donc à la fois un intellectuel d’envergure et un militant politique de premier ordre qui se présente en janvier 1960 devant un nouveau jury de thèse – il s’est en effet réinscrit en 1956 avec un sujet en thèse principale sur l’Étude comparée des systèmes politiques et sociaux de l’Europe et de l’Afrique, de l’Antiquité à la formation des États modernes et en thèse complémentaire un sujet portant sur les Domaines du patriarcat et du matriarcat dans l’Antiquité classique. Si l’on souligne ici le titre de ses travaux, c’est que, comme le note Élikia M’bokolo, « l’œuvre de Cheikh Anta Diop n’a cessé (…) d’osciller entre ces deux pôles, ‘politique’ et ‘scientifique’, l’un se nourrissant de l’autre, l’un amplifiant les échos de l’autre » . Au terme d’une soutenance épique, la seule mention « honorable » lui est accordée. Cela freinera de manière presque rédhibitoire ses possibilités d’enseignement à l’université. En 1960, il rentre au Sénégal où la politique le rattrape en cette année où le pays accède à l’indépendance. Fermement opposé à l’action du président Senghor, il crée en 1961 le Bloc des Masses Sénégalaises (BMS), composé principalement des déçus de l’Union Progressiste Sénégalais (UPS). En juillet 1962, il est arrêté et passe un mois en prison, dans son fief à Diourbel. Pathé Diagne écrit : « Serigne Fallou Mbacké, Khalife des mourides, allié à Léopold Sédar Senghor laisse faire. Les jeux étaient faits. Cheikh Anta dès lors ne se fera plus d’illusions. Du reste, les leaders de l’opposition de gauche : PRA et PAI lui étaient aussi hostiles que Senghor lui-même » . Le BMS est interdit à l’automne 1963, après que « le Pharaon du Cayor » ait refusé les portefeuilles ministériels pour lui et des membres de son parti, postes proposés par le poète du Sine-Saloum. Cela n’empêche pas Cheikh Anta Diop de continuer à lutter sur le terrain politique, il créé ainsi le Front National Sénégalais qui réclame la libération des prisonniers politiques de la crise de décembre 1962, notamment l’ancien président du conseil Mamadou Dia. Le FNS est interdit en 1964. Cela marque pendant plus de dix ans le retrait de la vie politique de Cheikh Anta Diop qui va se consacrer alors à une activité scientifique dans son laboratoire carbone 14 de l’Institut Fondamental Afrique Noire (IFAN). Cela ne l’empêche pas – même si les thèmes majeurs de son œuvre sont déjà constitués au début des années 1960 – de continuer à lier production scientifique et réflexion politique : « son œuvre couvrira tout un espace. Elle ira de la physique à l’Égypte, de l’intégration économique à la renaissance culturelle, de l’union politique du continent à la géopolitique et au futurisme » . Comme l’écrit encore Pathé Diagne : « Il n’est personne aujourd’hui, qui, d’une manière ou d’une autre n’ait été sensibilisée au discours de Cheikh Anta Diop sur l’Égypte négro-pharaonique, la bombe atomique sud-africaine et l’Apartheid, la reconquête du désert, le poids des richesses hydroélectriques ou minières de l’Afrique Centrale dans le devenir de tous les peuples du Continent » . En 1966, pendant le Festival Mondial des Arts Nègres (FESMAN), il y est célébré avec le militant américain, père du panafricanisme, W.E.B Dubois, comme l’écrivain ayant eu le plus d’influence sur le monde noir. Cheikh Anta Diop avait pourtant boycotté le festival. Il ne semble pas non plus qu’il ait tenu un rôle particulier dans la crise politique de mai 1968.
Sur le plan scientifique, Cheikh Anta Diop accède enfin à une légitimité scientifique institutionnelle au début des années 1970 quand l’UNESCO lui propose de participer au Comité scientifique pour la rédaction de l’Histoire générale de l’Afrique. Il accepte à la condition que se tienne une grande rencontre sur les thèses qu’il développe depuis des années sur l’Égypte. Ce sera le colloque du Caire tenu en 1974. Ces années-là marquent un relâchement de l’autorité du président Senghor qui, justement en 1974, autorise la création d’un second parti, le Parti Démocratique Sénégalais (PDS) d’Abdoulaye Wade, d’ailleurs futur président du pays à partir de 2000. En 1976, Cheikh Anta Diop fonde un nouveau parti : le Rassemblement National Démocratique (RND). Par un tour de passe-passe dont il avait le secret, Senghor décide alors de modifier la constitution en instaurant un multipartisme limité à trois courants. Ces trois courants seront le libéralisme, porté par le PDS, le marxisme-léninisme incarné par le Parti Africain de l’Indépendance (PAI) – mais le récépissé est confié à Majhemout Diop, alors que celui avait été écarté de la direction centrale du PAI ; cela entrainera un peu plus tard la formation du Parti de l’Indépendance et du Travail (PIT) – et le courant centriste représenté par le Mouvement Républicain Sénégalais (MRS) de Me Boubacar Guèye en 1979. Le RND se trouve donc dans l’illégalité. S’ensuit une longue bataille juridique où le parti est finalement débouté. Ces procédures légales sont redoublées par la question des journaux. Au lancement du RND, son organe de presse, Siggi (se redresser en wolof), est interdit par le grammairien et membre de l’Académie française Léopold Sédar Senghor au motif d’une gémination abusive – le redoublement du « g » dans le titre du journal. Senghor avait utilisé ce même subterfuge contre le film Ceddo d’Ousmane Sembène. On retrouve d’ailleurs ces polémiques et débats linguistiques, de hautes tenues, dans les pages d’Àndë Sopi, le journal que lance en 1978 Mamadou Dia – libéré en mars 1974 – qui visait à réunir une large coalition incluant les divers partis d’obédience marxistes, PAI, And-Jëf et LD/MPT. Si Dia est membre fondateur du RND il ne semble pas qu’il ait joué un rôle important dans ce parti. Toujours est-il que Cheikh Anta Diop n’a cure de l’interdiction de Siggi, il lance ainsi immédiatement Taxaw (se tenir debout). Finalement, en 1981, avec l’arrivée au pouvoir d’Abdou Diouf et l’établissement du multipartisme intégral, le RND est enfin reconnu. En février 1983, Cheikh Anta Diop se présente aux premières élections législatives depuis le départ de Senghor, c’est le seul député du RND qui est élu et, hormis les huit élus du PDS, le seul de l’opposition. Face à ce qu’il juge être des fraudes massives, il refuse pourtant de siéger à l’Assemblé nationale – provoquant par ailleurs une crise dans son parti. Notons également que Cheikh Anta Diop avait refusé d’être candidat aux élections présidentielles, jugeant néfaste cette délégation du pouvoir à un seul homme.
Sur le plan de la théorie politique, soulignons également que si Cheikh Anta Diop avait lu Marx et Lénine – qu’il cite dès les premières pages de Nations Nègres et culture, et s’il « se gardera toujours de professer un quelconque anti-marxisme » , ses sources d’inspiration étaient avant tout tournées vers le continent africain et sa diaspora comme « Dubois, Garvey, Kenyatta ou Padmore, ses références intimes » . Cheikh Anta Diop décède d’une crise cardiaque le 7 février 1986. Sa mort provoque un choc sur tout le continent africain, un an plus tard l’Université de Dakar prend son nom, pour beaucoup une hérésie s’agissant d’une institution qui l’a si peu soutenue.

ŒUVRES : Nations nègres et culture. De l’antiquité nègre-égyptienne aux problèmes culturels de l’Afrique noire d’aujourd’hui, Paris, Présence africaine, 1954 ; L’unité culturelle de l’Afrique noire. Domaines du patriarcat et du matriarcat dans l’Antiquité classique, Paris, Présence africaine, 1959 ; L’Afrique noire pré-coloniale. Étude comparée des systèmes politiques et sociaux de l’Europe et de l’Afrique noire, de l’antiquité à la formation des états modernes, Paris, Présence africaine, 1960 ; Les fondements culturels techniques et industriels d’un futur état fédéral d’Afrique noire, Paris, Présence africaine, 1960 ; Antériorité des civilisations nègres. Mythe ou vérité historique ?, Paris, Présence africaine, 1967 ; L’antiquité africaine par l’image, Dakar, Nouvelles éditions africaines, 1976 ; Parenté génétique de l’égyptien pharaonique et des langues négro-africaines ; Dakar, Nouvelles éditions africaines, 1977 ; Civilisation ou barbarie. Anthropologie sans complaisance, Paris, Présence africaine, 1981

Sources

Portrait de Cheikh Anta Diop, Archives d’Afrique, RFI, ; Diagne, Pathé, Cheikh Anta Diop et l’Afrique dans l’histoire du monde, Paris, L’Harmattan/Sankoré, 1997 ; Diop Cheikh M’Backé, Cheikh Anta Diop, l’homme et l’œuvre. Aperçu par l’image : les racines du futur, Paris, Présence africaines, 2003 ; Fauvelle, François-Xavier, L’Afrique de Cheikh Anta Diop. Histoire et idéologie, Paris, Karthala, 1996 ; La voix de l’Afrique noie. Bulletin mensuel de l’association des étudiants RDA, 1952-1954 (collection lacunaire), 4-JO-9442, Bibliothèque Nationale de France ; Taxaw (puis Siggi), 1976-1978 (collection lacunaire), Fol-Jo-23690, Bibliothèque Nationale de France

Williams Sassine

par Elisabeth Degon

SASSINE Williams, né à Kankan (Guinée) le 11 août 1944, décédé à Conakry (Guinée), le 9 février 1997.
Professeur de mathématiques, Ecrivain, Chroniqueur du Lynx, hebdomadaire satirique guinéen, de 1992 à 1997.

Né au temps de la Guinée coloniale, à Kankan, au bord du fleuve Milo, d’un père libanais et d’une mère guinéenne. Williams Sassine connait les prémices de l’indépendance de son pays et les premiers soubresauts du régime autoritaire de Sékou Touré.
Elève brillant, il fréquente le lycée Donka à Conakry, où se forme l’élite du pays. En novembre 1961, le gouvernement guinéen dénonce un « complot des enseignants » suite à des revendications syndicales des professeurs. Plusieurs d’entre eux sont arrêtés. Les élèves, notamment ceux de Donka, se mobilisent et manifestent, mais doivent faire face à la répression (arrestations massives, mauvais traitements entraînant des morts). Sassine est révolté par la propagande mensongère diffusée à la radio et par la violence des milices de la Jeunesse du Rassemblement Démocratique Africain (JRDA) qui quadrillent le pays. L’indépendance qu’il saluait prend des airs de régime musclé.

Ce n’est pas pour des raisons politiques qu’il quitte son pays à la fin de l’année 1962, à l’âge de 19 ans, mais pour suivre de bonnes études à Paris, quand l’université naissante à Conakry est dépourvue de moyens logistiques et humains. Son départ s’apparente pourtant à une fuite, on ne sait comment il rejoint Dakar où il prend un bateau pour Bordeaux, ensuite Paris. Malgré son excellence scolaire, il n’a pas de bourse d’études et devra se débrouiller par ses propres moyens pour vivre. Dès l’obtention de sa licence de mathématiques en Octobre 1966, il quitte la France où la vie lui a été difficile. Il ne s’est pas intégré dans les cercles africains, tels que la FEANF ou les associations de ressortissants guinéens. En marge des groupes organisés qui facilitent la vie à l’étranger, il veut retrouver l’Afrique et se rapprocher de son pays.

C’est en Côte d’Ivoire, à Agboville, qu’il exerce son premier poste d’enseignant en mathématiques, en décembre 1966. Il n’y restera que quelques mois. Il rejoint ensuite Freetown en Sierra Leone, où il assume la sous-direction d’une entreprise de construction métallique. Il ne s’attarde pas davantage. Il part alors à Niamey au Niger, enseigner les mathématiques au collège Lako, un collège pour les pauvres constamment en butte aux tracasseries administratives. Les caisses sont vides, les enseignants ne sont pas payés et déclenchent une révolte : Sassine finit par démissionner. Cette expérience est le ferment de son premier roman, Saint Monsieur Baly, publié par Présence africaine en 1973.

A Niamey, il rencontre Abiba, fonde une famille mais quitte pourtant le pays pour exercer ses talents d’enseignant ailleurs à Oyem au Gabon, très loin de son foyer. Il écrit Wirriyamu, qui sera publié en 1976, un roman marqué par la violence de la décolonisation portugaise. Il choisira son titre en hommage à Wiryamu, ville du Mozambique dont la population a été massacrée par l’armée. De là, encore une fois, il migre pour rejoindre la Mauritanie, Kaédi d’abord en 1975, Nouakchott ensuite et enseigner les mathématiques. Sa famille le rejoint et s’installe pour quelques années. Il écrit toujours et publie Le jeune homme de sable en 1979, roman qui met en évidence la fourberie des dirigeants, prêts à défendre leur pouvoir par le mensonge et la violence, dans un désert de sable et de cailloux. Encore une fois, la réalité l’inspire, celle des violences commises lors du complot des enseignants à Conakry, les mensonges, les arrestations arbitraires, ce roman est une allégorie des dictatures post- indépendances.
Ce roman remarqué sort Williams Sassine de l’anonymat. Il est invité à l’émission télévisée Apostrophes en mai 1980, L’Afrique noire racontée par des romanciers, en présence d’André Brink, Tierno Monenembo, Paule Constant et Jean Cau. Au cours de l’émission, Williams Sassine s’ingénie à critiquer l’ouvrage de Jean Cau, La conquête de Zanzibar, qui glorifie l’aventure coloniale et blesse l’Africain qu’il est, négligeant de défendre son propre livre.

La même année, la foire du livre de Francfort organise sa première rencontre autour de la littérature africaine. Il est invité et présente Wirriyamu dans ses traductions allemande et anglaise. Intégré désormais au circuit de la francophonie, il participe à de multiples rencontres et colloques qui le sortent de son environnement quotidien, il apprécie les échanges avec d’autres écrivains, africains notamment.

Il continue d’écrire, et, répondant à la commande de son éditeur, produit un recueil de contes et nouvelles pour la jeunesse, L’Alphabête, publié en 1982.

Sékou Touré meurt le 26 mars 1984. Dans les jours qui suivent, un coup d’état militaire porte Lansana Conté à la tête du pays, dans une transition qui s’installe durablement, coupant court à toute velléité d’autre régime. Le cadre instauré par Sékou Touré s’effondre, mais les mentalités n’évoluent guère et la suspicion reste entière. Sassine, comme de nombre de ses compatriotes, fait un voyage au pays dans les mois qui suivent, il rencontre famille et amis, explore le paysage et l’ambiance politique. Son voyage l’inspire pour Le zéhéros n’est pas n’importe qui, publié en 1985, roman picaresque, émaillé de cocasseries enrobant un constat sévère sur la réalité du pays. Ce roman va causer sa perte en Mauritanie. En effet, lors d’une interview télévisée, ses propos audacieux sur le sexe, irrévérencieux sur la religion, troublent la bienséance. La riposte est sévère : l’émission littéraire est suspendue et Williams reçoit une lettre de remerciement du Ministère de l’éducation qui l’employait, mettant fin à son engagement. Le voilà à nouveau au chômage mais cette fois-ci, sans l’avoir décidé.

En novembre 1987, il est invité à Conakry pour participer à une rencontre littéraire réunissant les écrivains guinéens de « l’intérieur » et de « l’extérieur ». Une grande partie des débats tourne autour de cette dichotomie et de la légitimité de la diaspora à s’exprimer sur le pays. Il prend conscience de ces difficultés, mais le désir de rentrer chez lui l’emporte. Il décide de s’installer en Guinée, en espérant y partager ses compétences et mettre son expérience au service du développement du pays à reconstruire, libéré de la dictature..

Sassine rentre seul en janvier 1988, sa famille le rejoint quelques mois plus tard, quand sa femme obtient une mutation professionnelle. Seul donc, en dépit d’un entourage familier, sa mère, sa sœur, des frères, des amis de jeunesse, il doit affronter les réalités de son pays et tenter de trouver sa place. On ne l’attend pas. Sans travail, sans ressources financières, sans appui, il sombre doucement dans la perte de ses espoirs et illusions, boit plus que de raison, se néglige.
Les années 1990 lui apportent quelque réconfort avec de nombreuses invitations littéraires, en France, en Belgique et au Canada. Tout arrive en même temps : le 55ème Congrès du Pen International à Madère en 1990, la 1èreBiennale des Arts et des Lettres à Dakar, l’enregistrement par RFI d’un entretien ouvrant la série les Voix de l’écriture en 1990, une résidence d’écriture au Festival des francophonies de Limoges en 1991, une rencontre littéraire filmée à Bruxelles en 1991.

Dans ce contexte de reconnaissance littéraire à l’extérieur, une proposition va changer son quotidien : il est invité à participer à la création du journal Le Lynx, hebdomadaire satirique dont le premier numéro paraît en février 1992, une semaine après l’adoption des lois sur la liberté de la presse. Très rapidement, Williams Sassine est intégré à l’équipe de rédaction et fournit chaque semaine sa « Chronique assassine ». La collaboration de Sassine démarre le 16 mars 1992, dans le numéro 4 du Lynx, avec une chronique intitulée :« Mémoire d’une histoire désarmée : Attention ! Notre général est particulier ». Avec la complicité de l’équipe, Sassine lâche la bride à sa verve et propose en toute liberté ses observations sur la vie quotidienne des Guinéens, pointe les erreurs des dirigeants qu’il connaît bien pour les avoir fréquentés au lycée. Il est « l’indigné » qui dénonce sans relâche les dysfonctionnements dans tous les domaines du développement, éducation, culture, santé, et dans les infrastructures, transports, électricité, distribution de l’eau. Il ose des commentaires caustiques sur les usages des religions, chrétienne et musulmane et leur aptitude à faire accepter l’inacceptable. Il va dire tout haut, ce que beaucoup pensent tout bas sans oser le dénoncer. Il n’épargne pas le « président non élu » et rédige de longues chroniques sur les élections présidentielle et législative, leur préparation, les retards, les résultats. Sa posture est celle d’un homme qui n’a rien à perdre, pas de situation à défendre et n’a pas sa place dans le milieu des décideurs. L’aurait-il voulu ? Probablement, à condition de garder sa liberté de parole, ce qui est incompatible avec un rôle politique.

Les difficultés et les déceptions l’épuisent. Son dernier voyage à l’étranger a lieu en décembre 1995. Après cela, il ne quitte plus son pays, écrit toujours, s’engage dans un travail de commande pour le Festival des francophonies. Il décède le 9 février 1997 à Conakry. Ses amis organisent une cérémonie d’hommage lors de ses obsèques, le Président, élu cette fois, fournira les bœufs et les sacs de riz pour la cérémonie. Le pays prend conscience de la valeur d’un écrivain reconnu, au programme des études des lycées africains, peu lu, faute de textes disponibles, de librairies, de bibliothèques.

Sassine laisse des œuvres. Mémoire d’une peau sera publié en 1998 chez Présence africaine, actuellement épuisé et introuvable. Un thriller amoureux de vingt-quatre heures de la vie de Milo Kan, fonctionnaire au service de presse de la Présidence, lucide et séducteur, albinos de surcroît, son premier roman « porno » selon ses dires, et nous offre une visite insolite de Conakry. Son manuscrit Les Africaïns qu’il annonçait comme l’œuvre majeure de sa vie, est resté inédit. Avec le Festival de Limoges, il crée des textes destinés à des représentations et sera invité en 1995 pour la mise en scène de Légende d’une vérité et Il était une fois l’alphabète, réécrit à par
tir de son œuvre. Il prépare Les Indépendan-tristes, laissé inachevé, et monté en spectacle par Jean-Claude Idée en 1997.
Sassine n’est pas oublié, ses textes sont présentés en France et en Afrique, au gré des commandes. Le zéhéros n’est pas n’importe qui, Mémoire d’une peau sont arrangés en lecture dramatique.

Un colloque international organisé par l’Université de Paris-Ouest Nanterre, les 16 et 17 Mai 2014 Williams Sassine n’est pas n’importe qui, témoigne de l’intérêt porté à l’heure actuelle à Sassine ,

C’est principalement en Afrique, où il est si peu lu, que son histoire continue. Son œuvre est profondément empreinte de l’Afrique, la violence de la décolonisation, la misère du peuple, la corruption des nouveaux dirigeants, le détournement des religions, tous ces travers qu’il n’a de cesse de dénoncer et railler de son écriture nerveuse et caustique. Il est à la recherche de l’identité africaine, de ses valeurs propres, philosophique et religieuse. Cette quête l’isole bien sûr de tous ceux qui se sont intégrés dans la nouvelle société, sans son audace de dénonciation.

Jane Vialle

Jane VIALLE

Née à Ouesso (Moyen-Congo) le 27 août 1906 ; morte le 7 février 1956 dans un accident d’avion ; Association des femmes de l’Union française (Secrétaire générale) ; Association pour l’évolution de l’Afrique noire ; Espoir oubanguien ; Commission des Nations Unies sur l’esclavage ; Sénatrice ; Journaliste

1 – Etat-civil : date et lieu de naissance, date et lieu de décès.

Née à Ouesso dans l’ancien Congo français (Moyen-Congo), le 27 août 1906, Jane Vialle a trouvé la mort tragiquement dans un accident d’avion causé par le brouillard sur la ligne Abidjan-Paris (vol régulier compagnie UAT du 7 février 1953). Grièvement brûlée aux deux jambes, elle tombe dans le coma peu après son arrivée à l’Hôpital militaire Robert Picqué à Villenave d’Ornon et décède le 9 février 1953. Personnalité aujourd’hui oubliée des Centrafricains, elle a été la seule femme sénatrice de « couleur » lors de la IVème république : son action locale, nationale et internationale a été pourtant dense et souvent déterminante.

Le 24 mai 1954, le Journal Officiel publie une citation de Jane Vialle à l’ordre de la Nation datée du 23 mai et signée René Mayer Président du Conseil des ministres.

2 – Formation / professions :

Métisse née d’une mère congolaise, Tchilambou, dont le nom paraît d’origine Bavili, population habitant la région de Louango à Pointe noire, Jane est reconnue très jeune par son père Michel Vialle, un employé de la compagnie française du Haut Congo créée en 1889 par les frères Tréchot et solidement implantée sur la Sangha. Lorsque Michel Vialle est recruté vers 1907 par la société des sultanats du Haut Oubangui (société fondée en 1899 dont le principal but était de commercialiser l’ivoire et le caoutchouc récoltés dans les domaines des sultans dont elle avait le monopole), elle suit son père et grandit à Bangassou où se localisait le quartier général de la compagnie, chef lieu de la région et résidence du Sultan Zandé Bangassou. Michel Vialle a pris une part notable à l’extension de l’entreprise et il jouit d’une grande considération à Bangassou. Au moment de la mobilisation de 1914, il quitte la ville avec sa fille pour la France.

Jane Vialle réalise ses études secondaires à Paris au lycée Jules Ferry et obtient son baccalauréat sans doute vers 1925. Elle travaille d’abord à la société d’Entreprises africaines, puis comme secrétaire-rédactrice à l’agence d’information Opéra Mundi créée en 1928. Mariée à Paris, le 27 octobre 1927 avec Marcel Beauvais, elle divorce en mai 1940 et mène dès lors sa vie en toute liberté.

En 1940, elle travaille pour le journal Confidences qui s’établit avec l’Exode à Marseille. De juillet 1941 à février 1942, elle se retrouve sans emploi fixe et travaille à domicile en rédigeant des contes, des nouvelles pour les journaux d’Afrique du nord comme Tam Tam, l’hebdomadaire de la Dépêche d’Alger.

Après la Libération, elle redevient journaliste à l’Agence France Presse et correspondante pour les journaux de l’AOF (Afrique Occidentale française), elle rejoint aussi le comité éditorial du journal Combat.

3 – Militantisme, principales responsabilités militantes :

A cette même époque, elle fréquente le foyer des étudiants africains et asiatiques de Marseille au quartier de la Rose dirigé par Belpeer qui a adhéré fin 1940 au mouvement d’Henri Frenay qui allait devenir Combat. Elle est proche de Jean Gemälhing, dont elle devient la secrétaire, chef du réseau de renseignements du mouvement Combat pour la région PACA qui en 1943 dirigera le plan national des renseignements des mouvements unis de la Résistance.

Arrêtée à son domicile en janvier 1943, elle est internée administrativement pendant 3 mois au camp de Brens dans le Tarn. En avril, elle est transférée à Marseille à la prison des Baumettes où elle restera jusqu’en décembre 1943 pour l’instruction de son affaire. Elle comparait le 10 décembre 1943 devant le tribunal spécial pour « activités nuisibles à la Défense Nationale ». Elle est défendue par Me Germaine Poinsot-Chapuis. Le jugement apparaît comme clément : « relaxe sans peine ni dépends ». Libérée, elle recontacte le réseau Combat qui la cache et redevient la secrétaire de Gemälhing à Lyon et à Paris.

Elle obtient la Médaille de la Résistance pour ses services rendus pendant l’occupation.

Dès 1945, elle fonde l’Association des Femmes de l’Union Française et rédige en tant que Secrétaire générale l’éditorial du n°1 du Bulletin de l’Association dans lequel elle y rappelle l’importance du rôle des femmes dans les mouvements de résistance pendant la seconde guerre mondiale et l’obtention du droit de vote récent des citoyennes françaises. Cet éditorial est suivi d’autres éditoriaux ou d’articles, chaque numéro contient une contribution de sa part. Pour elle, cette association est un mouvement social créé dans le but de faire mieux connaître en métropole les territoires d’Outre-mer par une série de conférences, échanges culturels au sein de l’Union française dans un esprit de fraternité. L’objectif est aussi de promouvoir l’éducation des femmes par le biais des comités existants dans les territoires et les métropoles. L’action de l’association est restée bénévole et s’est aussi centrée sur l’accueil en métropole des étudiantes d’Outre-Mer. Elle fait réquisitionner puis achète deux hôtels notamment un de 40 chambres avec l’aide de l’AOF et les fonds du FIDES pour loger les étudiantes d’Outre-mer. Ce dispositif est renforcé par l’octroi de bourses à une trentaine de jeunes filles africaines ou asiatiques pour venir en France et l’offre de famille d’accueil pour des étudiantes en vacances. En métropole, les jeunes filles sont accueillies, entretenues et logées par l’association. Pour cette tâche, elle est aidée par la vice-présidente Thérèse El-Hadi Monnerville, épouse du président du Sénat et Bernard Cornut-Gentille alors Haut-Commissaire en Afrique Equatoriale Française (AEF). Elle réussit à fonder un centre culturel à Brazzaville.

Jane Vialle fonde son propre parti politique en Oubangui-Chari, l’Association Pour l’Evolution de l’Afrique Noire, le 27 juillet 1946 : les cadres de son parti sont le président Pierre Indo, le vice-président Jean-Baptiste Songomali, le trésorier Antoine Darlan, le secrétaire Gouandjia et les conseillers : Auguste Gandji-Hangoma-Kobokassi, Sodji, Edouard Cormon et Riberot. Madame Franck sert de membre-correspondante à Paris mais l’APEAN, initiative audacieuse, ne dure pas longtemps.

Elue sénatrice, originellement candidate indépendante, elle rejoint le groupe socialiste (SFIO) et dépose le 22 mai 1947 une motion (N°254) avec 21 autres conseillers dont Bechir Sow et El-Hadi Mostefai invitant le Conseil de la République à ne pas se prononcer sur la demande de la levée d’immunité parlementaire des élus malgaches avant de les avoir auditionné au nom de l’égalité de traitement entre les conseillers de la République de la métropole et ceux d’Outre-mer.

Le 18 juillet 1947, elle dépose une proposition de résolution (N°44) avec 13 autres conseillers pour que soit appliqué dans les territoires d’outre-Mer l’article 340 du Code civil relatif à la recherche de la paternité naturelle en faveur des enfants métis pour éviter « leur abandon, leur déclassement ». « Je suis moi-même la fille d’un de ces pères consciencieux et d’une mère noire – mais lorsque les pères ne veulent pas s’embarrasser d’une responsabilité prolongée, ils les abandonnent… ». Cette proposition fut adoptée quatre ans plus tard en 1951.

Elle intervient à propos du budget de l’économie sur l’équipement de la France d’Outre Mer (FOM) qu’elle estime insuffisant le 11 août 1947 et sur un projet de loi ratifiant un accord entre la France et la Nouvelle-Zélande.

Dans le cadre de l’Assemblée Territoriale de l’Oubangui-Chari, l’idée d’une association de coopératives devient populaire parmi les leaders politiques locaux comme moyens de promotion du développement économique du pays. Sous l’impulsion du leader de l’Union Oubanguienne Barthélémy Boganda, Georges Darlan fonde la COTONCOOP le 22 février 1948 et la société coopérative de consommation, Boganda lui même crée la SOCOULOLE (société coopérative de l’Oubangui-Lobaye-Lessé) le 22 mai 1948 et Jane Vialle met en place l’Espoir Oubanguien, une coopérative destinée à construire à Bangui les logements du nouveau quartier de « la Kouanga » sur un terrain marécageux assaini. Sa coopérative se regroupera avec la SACMA, coopérative familiale d’approvisionnement, filiale de la COTONCOOP, dirigée par Georges Darlan. Le conseil représentatif de l’Oubangui-Chari accepte de subventionner les coopératives de Jane Vialle et de Georges Darlan au détriment de celle de Barthélémy Boganda. Habile manœuvre politique ? Ce camouflet pour Boganda fait voler en éclat l’union des leaders oubanguiens. Barthélémy Boganda s’écarte résolument de Georges Darlan et cesse de soutenir Jane Vialle notamment aux élections de 1948.

Réélue sénatrice en 1948, elle devient membre de la commission des TOM, de la commission du Travail et de la Sécurité Sociale. En 1949, elle est nommée vice-présidente de la commission des finances puis siège aux commissions de l’Education nationale en 1950. Elle s’occupe des problèmes de l’enseignement dans les TOM, demandant une amélioration de l’harmonisation des programmes des classes primaires avec ceux de la métropole pour remédier aux difficultés d’adaptation des enfants notamment africains venus suivre en France le cycle secondaire. Elle demande la modification des programmes locaux d’Histoire-Géographie. Elle insiste surtout sur le développement nécessaire de l’enseignement professionnel pour pourvoir l’Afrique d’ouvriers et de cadres techniques bien formés, indispensables au démarrage économique. Le 27 novembre 1951, elle propose un amendement pour favoriser la fin des deux collèges représentatifs dans l’Union française.

En 1949, le Comité de liaison des organisations internationales des femmes la nomme membre des Nations Unies sur les questions de l’esclavage et du commerce des esclaves, et ce, bien qu’elle ne parle pas l’anglais. A la première rencontre du comité à Lake Success en 1950, Jane Vialle demande un rapport sur l’état de l’esclavage en Afrique et à Madagascar et soumet un memorandum sur l’esclavage dans les territoires africains le 13 juin 1951.

Lors de la 27ème session qui se tient à Florence du 4 au 8 juin 1952, elle est élue membre de l’Institut international des différentes civilisations.

4 – Principaux mandats électifs :

Après la Libération, de juin 1945 à juin 1946, elle suit de très près les débats sur la place des colonies dans les Constitutions de la IVème République et de l’Union française. Au lieu de couvrir les élections comme journaliste, elle s’engage dans la compétition, sans doute par opportunisme politique, pour devenir représentante au Conseil de la République de l’Oubangui-Chari/Tchad, territoire considéré comme la « cendrillon de l’Empire ».

Ainsi, elle s’envole pour Bangui où elle persuade Pierre Indo, candidat au même poste, de se retirer en sa faveur. Comme l’Oubangui-Chari et le Tchad forment une circonscription unique, elle est obligée de se retirer en faveur d’Aristide Issembe qui se présente pour le Tchad, bientôt lui-même écarté au profit du candidat du RDA Gabriel Lisette.

En Oubangui-Chari, Jane Vialle développe des relations cordiales et fructueuses avec Barthélémy Boganda qui soutient sa candidature au Conseil de la République en tant que sénatrice. Le 10 janvier 1947, elle est élue contre les trois autres candidats, Joachim Vermaud-Hetman, Madame Darré et Bernard Condomat par 7 voix sur 13 suffrages exprimés.

Malgré l’absence de soutien de Barthélémy Boganda, mais avec l’aide de G. Darlan, Jane Vialle est réélue sous l’étiquette Indépendante d’outre-mer en tant que sénatrice le 14 novembre 1948. Elle bat les deux autres candidats Pierre Indo et Jean-Baptiste Songomali avec 11 voix sur 16 votes. Elle rejoint d’abord le groupe des républicains indépendants, au sein duquel elle siège à l’intergroupe gaulliste, dont elle démissionne en décembre 1948 pour se rattacher au groupe du RGR.

La campagne a été rude : ses tournées électorales furent houleuses sans l’appui de Barthélémy Boganda. Il l’accuse d’être une candidate officielle soutenue par l’administration qui lui aurait donné de l’argent pour acheter ses électeurs. Les autres candidats soutiennent qu’il n’est pas possible de voter pour elle car elle n’est pas à 100 % oubanguienne.

En 1952, elle candidate à sa succession au Sénat mais Barthélémy Boganda devenu très populaire, présente contre elle son propre candidat Hector Rivierez. Il est élu (9 voix pour Jane Vialle sur 22).
P.-S.

SOURCES :

http://www.senat.fr/senateur-4eme-r… consulté le 4 avril 2015.

Dictionary of african biography, édité par Emmanuel K. Akyeampong et Henry Louis Gates, 2011, Tome 6, notice sur Jane Vialle réalisée par Richard A. Bradshaw et Juan Fandos Rius, p. 125-126.

BALLARD J.A. The development of political parties in french equatorial Africa, PhD thesis, Fletcher School of Law and Diplomacy,1963.

COQUERY-VIDROTVICH Catherine, Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires 1890-1930, Mouton, Paris, 1972.

DAMPIERRE Eric de , Un ancien royaume Bandia du Haut Oubangui, Paris, Plon,1967.

NOTIN Jean-Christophe, 1061 compagnons : histoire des compagnons de la libération, Perrin, Paris, 2000.

PENEL J.D, Ecrits et discours de Barthélémy Boganda 1946-1951, la lutte décisive, Tome 1, Paris, L’Harmattan, 1995.

SERRE Jacques, Hommes et destins, tome XI, Paris, L’Harmattan, p. 759 à 769.

Archives :

. Archives privées de Jean-Dominique Pénel : Fascicule « B. Boganda, A. Darlan, J. Vialle : trois représentants oubanguiens du deuxième collège 1946-1952 », 1985 Fascicule « les représentants oubanguiens à la Ligue contre le Racisme », recueil de textes, 1987.

. Archives de l’ordre de la Libération – dossier de la médaille de la résistance de Jane Vialle.

. Archives ANOM cote 8W3 et 8W 53 : registre des audiences du tribunal spécial du 9 et 10 décembre 1943 et dossier d’audience du 9 décembre 1943.

. Archives Nationales cote 15499 n°4196 : dossiers de renseignements généraux 1947-1952.

. Archives du Sénat : dossier Jane Vialle.

. Journal officiel du 23 mai 1953 : citation de Jane Vialle à l’Ordre de la Nation.

Oualian, Noaga, Jean-Baptiste

Oualian, Noaga, Jean-Baptiste
Né le 26 décembre 1941 à Tilga (Haute-Volta/Burkina) – Membre du Comité directeur de l’Union des Étudiants de Dakar (UED) – Vice-président aux affaires panafricaines puis président de la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (FEANF) – responsable du Groupe Marxiste Léniniste Voltaïque (GMLV)– Membre de l’Organisation Communiste Voltaïque (OCV) – Membre fondateur du Prolétaire – Membre fondateur de l’Union des Communistes Burkinabé (UCB), de l’Organisation pour la démocratie populaire/Mouvement du Travail (ODP/MT) – Membre du bureau politique du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) –Technicien de recherche

Noaga Jean-Baptiste Oualian est né le 26 décembre 1941 (date supposée) dans le village de Tilga, en Haute-Volta. Son père était chef du village, situé en pays mossi. Il appartenait à la lignée des princes Kafando, nom changé en Ouali (Cigogne) pour éviter trop d’homonymies, et transcrit ensuite en Oualian. Son père avait neuf femmes, la mère de Jean-Baptiste étant la première épouse et donc la reine, quatre garçons et « 10-12 filles » (« avant les Français on ne comptait pas »). En tant qu’aîné, Il aurait dû succéder à son père comme chef du village mais refusera deux fois, du fait, dit-il, de son aversion toute particulière pour la coutume du lévirat. Il s’est d’ailleurs de sa propre volonté converti au catholicisme, après qu’un instituteur de l’école primaire lui en ait donné le goût. «Ce baptême représentait pour moi la planche de salut pour éviter d’abord le lévirat, puis la polygamie », dira-t-il. Il devient donc Jean-Baptiste, alors que son prénom originel était Noaga. Lui-même a deux enfants, un garçon et une fille. Son père est décédé en juillet 1953 lors d’une épidémie de charbon.
Noaga est scolarisé à la sous-préfecture de Tougouri, située à 31 km de Tilga, dans le cercle de Kaya. Une école y avait été construite en 1947. Le chef de canton Naba Bélem-Wendé, qui appartient comme lui à la lignée des Kafando, exigeait des chefs de villages dépendants de lui qu’ils envoient des enfants. Il fut donc envoyé d’office. Il y entre en septembre 1947, après avoir été d’abord écarté par un recruteur qui sélectionne les enfants selon l’état de leur dentition ou au vu de leur nombril. Il connait alors la faim. En effet, les élèves sont logés par des notables qui la plupart du temps confisquent à leur profit les vivres réparties par le chef de canton qui les a collectées dans les villages d’origine, condamnant les enfants à faire l’école buissonnière pour chercher leur pitance dans la nature, et les exposant du même coup au fouet du maître pour absence. Il échappe à la mort par inanition, qui n’a pas épargné certains de ses camarades, mais retire de ses années d’école une connaissance intime de l’exploitation et de l’injustice.
Après l’école primaire, Noaga, devenu Jean-Baptiste poursuit ses études au lycée Philippe Zinda Kaboré de Ouagadougou où il arrive en 1954 et où il sera baptisé sous le nom de Jean-Baptiste. En 4eme, un professeur d’espagnol qui parle à ses élèves de culture et civilisation le persuade qu’il faudra un jour qu’il quitte son pays pour acquérir cette culture à laquelle il aspire.
Durant cette scolarité, il est bénévole à l’infirmerie et y prend goût. Il passe ainsi son diplôme de secouriste de la Croix-Rouge française en mai 1960. Parallèlement, il commence sa vie militante avec des réclamations qui touchent à la vie quotidienne et à l’hygiène (Construction de WC, Comblement d’un canal, Amélioration du quotidien alimentaire etc). Ses activités militantes et sociales lui construisent une renommée, qui le conduit à accepter le poste de délégué général du lycée en 1963-1964. Cela l’amène à des actions telle qu’un entretien haut en couleur avec le ministre de l’éducation nationale à qui il réclame l’annulation de l’expulsion ( sur la demande d’un professeur français) d’élèves, l’africanisation de l’alimentation. Contrairement aux prédictions et malgré cette algarade, il réussit son baccalauréat série sciences expérimentales, en 1964, tout en consolidant sa notoriété.
Il obtient une bourse pour Dakar (il considérait qu’il fallait choisir une université africaine) où il arrive en septembre 1964. Il y loge à la cité universitaire, dans la même chambre qu’un camarade qui lui enseigne les rudiments de l’histoire du mouvement étudiant et politique. Il apprend ainsi que l’association des scolaires voltaïques (ASV) a décidé de ne plus impliquer les scolaires restés en Haute-Volta par peur des représailles du gouvernement de Maurice Yameogo. Ce camarade l’informe également que l’AEVF (Association des étudiants voltaïques en France) a fini par s’unir en aout 1960 à l’ASV de Dakar pour créer l’UGEV (Union générale des étudiants voltaïques), née dans la clandestinité et jamais reconnue légalement. Il commence alors à s’impliquer dans le militantisme étudiant et garde encore de cette époque une photo où il pose en uniforme de combattant en guise de soutien à la Guinée Bissau. Après la répression du mouvement de protestation contre la chute de N’Krumah en février 66, il rentre en Haute-Volta avec ses compatriotes, choisissant volontairement de déserter l’université d’un régime qui ne respecte plus les franchises universitaires. Dès avril-mai, ses camarades et lui retournent néanmoins à Dakar, à la suite de quelques concessions faites par Senghor. Membre du comité directeur de l’UED (Union des étudiants de Dakar), premier responsable de la section PAI (Parti africain de l’indépendance) voltaïque de Dakar de 1966 à 1968, il participe aux luttes du mai 68 dakarois et est finalement , de même que tous les étudiants étrangers, expulsé. Suite à son succès à des examens qui se tiennent malgré tout en Haute-Volta, il bénéficie d’une des bourses offertes alors par la France. Le 12 aout 68, il se marie avec une musulmane dont le père, originaire de Boromo, vivait en pays Bissa en tant qu’imam. Elle y travaille dans un dispensaire. Il obtient malgré la différence de religion le consentement du père et se marie sous le régime de la monogamie ce qui est alors source d’étonnement des agents présents de l’administration. Le mariage ne dure pas. Sa première femme meurt en janvier 1971.

Il arrive le 10 décembre 1968 à Bordeaux où il va être logé sur le campus de Talence dans le village 1, réservé aux scientifiques, alors que lui-même est inscrit en lettres. Il est très vite informé par un devancier, Tiendrebogo Issa, de l’existence d’une section bordelaise de la FEANF (Fédération des étudiants d’Afrique noire en France), de même que d’une sous-section de Bordeaux de l’AEVF. Il se retrouve bientôt vice-président puis président de la section de Bordeaux de la FEANF (1969-1970). Il devient également président du CLEOM, (Comité de Liaison des Étudiants d’Outre-Mer) qui regroupe aux côtés des étudiants de la FEANF, Martiniquais, Guadeloupéens, Haïtiens et Malgaches et développe des relations avec les groupes gauchistes français. Il accorde de l’importance au fait d’être légaliste en pays démocratique et de se servir du ou des droits, d’utiliser toutes les possibilités légales existantes pour ses activités militantes. Il s’agit donc d’user du droit existant et de ne pas troubler l’ordre public. La FEANF s’abstient alors de manifestations publiques, les ayant payé par des expulsions au début des années 60. Cela n’empêche pas d’autres types d’action, comme les occupations d’ambassade à Paris. A Bordeaux, c’est par exemple une forte délégation envoyée occuper l’OCAU (Office de coopération et d’accueil universitaire). Au temps de sa présidence bordelaise, Jean-Baptiste Oualian engage le débat sur la ligne politique du PAI dont il conteste avec certains de ses camarades la fidélité au marxisme-léninisme. Il considère aussi que la Chine, contrairement à l’Union soviétique, est restée sur une ligne révolutionnaire. Ces dissensions conduisent à la création, à côté du PAI, du Groupe marxiste-léniniste voltaïque (GMLV). Mais Oualian est alors confronté à une série de difficultés. Sa bourse est supprimée une première fois en juin-juillet 1969. Il obtient néanmoins son rétablissement grâce à une visite à l’inspection académique. Mais elle est supprimée une seconde fois et un jour qu’il rentre d’un voyage à Paris, il trouve sa chambre condamnée. Il cherche alors un logement et du travail. Dans la quête de ce dernier, il va d’abord de refus en refus, qu’il attribue à des listes que font circuler les renseignements généraux. Il finit par trouver du travail de nettoyage de nuit dans un grand magasin. Il vit de l’aide d’amis : un ami français qui lui trouve d’abord gîte et couvert chez son père à Pessac, puis une chambre peu chère chez les curés de Pessac, un ami malgache grâce à qui il a fini par trouver le travail de nettoyage mentionné ci-dessus, un autre ami encore qui, quand il a lui-même du travail, lui donne une partie de ses propres revenus, etc . Mais toutes ces tracasseries et d’autres, d’ordre plus universitaires – hostilité de certains enseignants à son égard pour raisons politiques, ce qui lui était d’ailleurs déjà arrivé à Dakar – lui font penser qu’il est nécessaire de quitter Bordeaux pour Paris. Ses camarades l’appellent d’ailleurs à Paris pour qu’il prenne la présidence de l’AEVF. L’argent du voyage va lui être payé par une camarade expulsée de l’UEC pour gauchisme. Il arrive néanmoins trop tard à Paris pour prendre la tête de l’AEVF. Il entre par contre au CE de la FEANF, dont le congrès a lieu juste après celui des associations nationales, comme vice-président aux affaires panafricaines. On lui propose également une chambre à la maison des étudiants voltaïques. Il est chargé entre autre des relations avec les mouvements de lutte de l’Afrique portugaise. Il participe ou il contribue à l’activité de l’intergroupe qui réunit les différents GML (Groupes Marxiste-Léninistes territoriaux ). Il devient président de la FEANF pour l’année 1973 (les élections ont lieu en décembre 1972). Il effectue aussi un certain nombre de voyages en tant que représentant de la FEANF. Il est envoyé en Albanie en juillet-aout 72 au congrès de la jeunesse, puis y retourne en 1973 et 1974. Les relations avec les Albanais sont excellentes, et le seront encore plus après l’adoption par la Chine de la théorie des trois mondes que récusent les GML. Jean-Baptiste Oualian sert la main d’Enver Hodja, est reçu par son fils. Il va également deux fois visiter la Fédération des étudiants africains en Italie. Il représente la FEANF au congrès de l’UIE (Union internationale étudiante) à Budapest. Il y rédige et distribue un tract mettant en cause l’influence soviétique sur l’UIE, ce qui leur vaut, à lui et son camarade, une expulsion manu militari de la Hongrie, en mai 1974. Par ailleurs, il est, à partir de 1972, le premier responsable du GMLV. Le groupe a des sections clandestines à Ouagadougou, au Togo, à Niamey et en Union soviétique.
Ses activités militantes ne lui permettent pas vraiment de suivre le cursus auquel il s’est inscrit. Il obtiendra néanmoins, en 1977, sa licence d’enseignement de langues vivantes étrangères (Espagnol) à l’université de Paris IV-Sorbonne, diplôme qui sera suivi de plusieurs autres : un DESU-Documentation à l’université de Paris VIII-Vincennes (1981), une licence des sciences du langage à l’université Paris III-Sorbonne nouvelle, une maîtrise de documentation et information scientifique et technique à l’université Paris VIII.
Il mène alors la vie classique d’un étudiant très engagé. Il y a des péripéties liées aux tentatives des états pour mettre au pas leurs étudiants. C’est par exemple, le 7 aout 1973, l’expulsion par la police des étudiants logés à la Maison des étudiants voltaïques (3 rue Gérando), expulsion que les étudiants réussiront à médiatiser. Ils seront finalement relogés dans un immeuble du 12 rue Fessart rebaptisé non plus Maison des étudiants mais Maison du Burkina-Faso. Ils en ont perdu la gestion.
Ce sont aussi l’écriture et la diffusion clandestine en Haute-Volta de tracts, du journal Jeune Volta et moults débats très théoriques. La réflexion de Oualian le mène à l’adoption du concept stratégique de Révolution nationale démocratique et populaire (RNDP), qui sera adoptée au XXVI congrès de la FEANF, concept remplacé par celui de RDP (Révolution Démocratique et Populaire) par Thomas Sankara lors de son Discours d’Orientation Politique (D.O.P.) du 2 octobre 1983, dont certains attribueront la paternité à la FEANF. Le concept de RDP (Révolution Démocratique et Populaire) renvoie à l’idée que la prochaine révolution après 1960 au Burkina ne peut pas encore être socialiste mais doit arracher le pouvoir aux bourgeoisies bureaucratique et compradores pour permettre à la bourgeoisie nationale patriote (ou nationaliste progressiste) de promouvoir une politique d’industrialisation nationale. Par contre pour Jean-Baptiste Oualian, le slogan de RNDP est valable pour la FEANF « organisation patriotique de masse anti-impérialiste » (qui n’est donc pas un parti politique). Quand il parle à des communistes, son mot d’ordre est « Révolution démocratique et populaire », dans la mesure où il considère que depuis les indépendances, il n’y a plus lieu de parler de révolution nationale. Il vit alors toujours d’expédients, soit d’argent qu’il a gardé de la période où il était boursier, soit avec l’aide d’amis. Il a décidé de ne pas quitter la France tant qu’un GML assez important susceptible d’être ensuite rapatrié au pays n’y sera pas constitué. Le but du GML était de prendre la direction du mouvement étudiant voltaïque et de l’enlever des mains du MLN (Mouvement de libération nationale), anticommuniste, ce qui est apparemment réussi au Ve congrès de 1971 de l’UGEV, à Ouagadougou. Cela a conduit le gouvernement voltaïque à exercer une surveillance plus sévère sur le mouvement étudiant en France. Mais par ailleurs , Oualian est hostile à la création d’un parti essentiellement d’intellectuels marxisants, qui prendrait la place du GML, suggestion pourtant faite fermement par les Albanais. Il considère que c’est prématuré. En juillet 1977, néanmoins, lors d’une conférence nationale clandestine au Burkina, le GML adopte un programme et l’appellation d’OCV (Organisation communiste voltaïque). Par contre Oualian et quelques autres refusent la transformation de l’OCV en PCRV (Parti communiste révolutionnaire voltaïque, créé en 1979). Il démissionne d’ailleurs de l’OCV en novembre 1977 et un an plus tard, en 1978, crée avec quelques compagnons le Prolétaire qui deviendra l’ULC (Union des luttes communistes) mais sans que Oualian y participe. Certains le considèrent alors comme un « pachyderme ». Il n’en participe pas moins encore à la création de deux groupes ou partis : à Paris, en 1983 « En avant pour le parti », qui deviendra une section de l’UCB (Union des communistes burkinabé), dont il fait également parti des membres fondateurs, en 1984. Sa destinée politique ne s’arrête pas là puisqu’il participe encore à la création de l’ODP/MT (Organisation pour la démocratie populaire/Mouvement du travail), à celle de l’ADB (Association pour le développement du Burkina) en 1994. Quand, en février 1996 , l’ODP fusionne avec 8 autres partis pour donner le CDP (Congrès pour la démocratie et le progrès), Oualian est élu membre du bureau politique national.
Un décret du 25 décembre 2007 lui confère le grade de chevalier de l’ordre national.
Au-delà des appartenances et des combats théoriques, Oualian a été et reste une personnalité charismatique qui a exercé une grande influence. Il est encore de nos jours, tout en continuant à vivre à Paris, un homme de recours pour ses compatriotes. Etudiant en diaspora, il a finalement renoncé pour des raisons politiques – la distance lui semblait plus propice à l’action – puis peut-être parce que sa vie s’ est construite en France, à rentrer au pays. Il s’est remarié avec une Française rencontrée à la librairie maoïste Norman Béthune et dont il a deux enfants, un garçon et une fille. Après quelques années où il a été contractuel en bibliothèque, il a trouvé un emploi de technicien de recherche et de formation à la bibliothèque du monde anglophone (ParisIII-ParisIV). Il a acquis la nationalité française. Il est aussi exemplaire de ces étudiants des années 60 et 70 qui ont investi la plus grande partie de leur existence dans le combat politique, opposants éternels à des régimes qui ne furent pas tendres avec eux et, qui, dotés d’une solide culture marxiste, ont animé les débats théoriques de leur temps.

Sources : Entretien avec Jean-Baptiste Oualian

Mai 1972 à Madagascar

Mai 1972 – La révolution malgache
Mai 1972 – Madgascar – Mouvement étudiant – Grève générale
La première république malgache , présidée par Philibert Tsiranana, fut renversée lors d’évènements qui eurent lieu en mai 1972. On appelle parfois cette révolution le « Mai malgache ». Les ingrédients en sont les suivants : des revendications étudiantes corporatistes, une gestion de crise désastreuse par les pouvoirs publics, qui alternativement laissent pourrir ou répriment vigoureusement, une radicalisation politique du mouvement, une répression disproportionnée avec des arrestations massives, qui entraînent l’entrée des adultes et des jeunes chômeurs de la capitale, les ZWAM (Jeunes amateurs de western), dans l’arène , des journées sanglantes marquant une fin de non- retour et la rupture définitive entre le pouvoir et les manifestants, l’ appel à l’armée et la prise du pouvoir par cette dernière. Les manifestants, outre un pouvoir déconsidéré, prennent pour cible les accords de coopération avec la France, en particulier celui sur l’enseignement : ils considèrent que la décolonisation n’est pas achevée et réclament donc une « deuxième indépendance »
On peut voir les origines immédiates du mouvement dans la grève des élèves de l’école de médecine de Befelatanana , à partir du 23 janvier 1972 . Les 210 élèves protestent contre de mauvaises conditions matérielles. Outre les aspects corporatifs, il y a un réel malaise. Befelatanana est une école professionnelle, créée en 1896 pour former les auxiliaires malgaches des médecins français.. L’école forme toujours en 1972 des médecins « au rabais ». Le gouvernement laisse pourrir la situation puis finit par dissoudre l’Association des Etudiants en Médecine et Pharmacie (AEMP) , qui représente les étudiants, et fermer l’école . Au même moment se profilent à l’horizon d’autres réformes partielles (Réforme du BEPC à un mois de l’examen, limite d’âge à l’entrée en 6ème et en seconde). Toutes ces décisions interviennent après un voyage en France du Ministre des Affaires culturelles Laurent Bototeky, qui donne clairement aux étudiants le sentiment que le Ministre a pris ses ordres de Paris.
Après la dissolution de l’AEMP, les lycées Jules Ferry et Galliéni entrent en grève , le 24 avril, pour soutenir leurs camarades avec des slogans tels : « A bas l’impérialisme culturel », « le droit de l’élève ? », « Accords de coopération = Obstacle au développement ». Les élèves ne restent pas confinés à leur établissement mais défilent dans les rues, sont en liaison avec l’université. Ils distribuent dans les établissements scolaires un tract qui comprend déjà ce qui deviendront les slogans les plus unanimes de la grève.
«Primaires, secondaires, universitaires ; Nous sommes tous des enseignés donc tous CON-CERNES ; Les étudiants de Befelatanana se sont dressés pour appuyer leurs revendications : la répression a été féroce ;Toi qui te lèveras pour présenter tes revendications : tu seras baîllonné ; Nul ne peut contester les revendications de Befelatanana : elles sont légitimes ;Nul ne pourra contester tes revendications : elles sont légitimes
TU N’ES PLUS UN GOSSE : TU SAIS CE QUE TU VEUX
Accepteras-tu qu’on étouffe la justice ?
Comme tu es bébé, le Fanjakana Rai-man-dreny [l’Etat « Père et Mère »]ignore délibérément ton droit et ta liberté
PARLE OU CREVE
Comité de grève »
Collèges et établissements privés vont suivre d’autant plus facilement que le 9 avril, le vice-président Calvin Tsiebo a encore jeté de l’huile sur le feu en annonçant à la radio la suppression du concours d’entrée en seconde, qui paraissait un gage de démocratisation. L’annonce de la suppression de ce concours, avant même qu’il ait existé, est l’étincelle de plus qui met le feu aux poudres.
L’université quant à elle accueille alors près de 5 000 étudiants . Mise en place via une Fondation Charles de Gaulle de l’enseignement supérieur, elle est née par décret du 14 juillet 1961 – décret qui regroupe sous le label université les écoles supérieures de science, lettres et droit préexistantes – . Elle dépend , comme tout ce qui concerne l’enseignement supérieur, du septième accord de coopération avec la France. De fait, l’université malgache a un régime français, est soumise aux réformes faites en France –mais est toujours en retard d’une réforme : en 1972, on en est encore à la réforme Fouchet, et la Loi Faure suscite de grandes réticences En 1973, le financement devrait en être assuré à un peu moins de la moitié par la France.
La grève gagne l’université puis l’ensemble des établissements secondaires de Tananarive. Le 26, elle est d’ores et déjà générale. Plusieurs aspects vont contribuer à l’efficacité du mouvement : le mode d’organisation rapidement mis en place par les grévistes , et qui va avec leur qualité de propagandistes ; leur capacité à défiler, à circuler, ralliant au passage des alliés qui les aideront dès le début et ne leur feront pas défaut aux heures cruciales, alliés dont ils sauront aussi obtenir une aide matérielle décisive ; leur inventivité aussi, en matière de slogans et de chansons. Des groupes comme Mahaleho, aujourd’hui toujours célèbre, débuteront lors des évènements et s’y construiront une notoriété. Les slogans, comme les interventions publiques, les inscriptions sur les banderoles et pancartes sont, en début de grève, énoncés en français et en malgache. Au fur et à mesure des évènements, le malgache l’emporte.
Les jeunes gagnent très vite de nombreux soutiens. Celui des associations étudiantes d’abord -: la FAEM (Fédération des associations des étudiants de Madagascar) à laquelle l’affiliation est automatique – , celui des enseignants et de leurs syndicats, celui des parents et en particulier des mères, qui défilent avec leurs enfants, et celui des jeunes chômeurs de Tananarive, regroupés en une sorte de fraternité qu’ils ont intitulé ZOAM (Jeunes amateurs de western) et qu’ils rebaptisent ZOAM (jeunes chômeurs de Tananarive) pendant les évènements.
Les grévistes de la capitale envoient des émissaires à travers tout le pays, en voiture, en bus (où ils bénéficient de places gratuites), en avion même (là aussi gratuitement). La grève s’étend bientôt à toute l’Ile. Partout, les formes et les slogans de la grève sont les mêmes, comme si la lutte avait su réunir habitants des hauts plateaux et côtiers. On discute et on convainc en général facilement les parents. Ces derniers se réunissent, dans des stades, sur les places publiques pour apporter leur soutien, et défilent avec les jeunes. On greffe sur le mouvement général des revendications locales. Ce sont des troubles en province qui vont, à partir du 6 mai, redonner éclat et vigueur à un mouvement Tananarivien qui menaçait de s’étioler. Des heurts ont lieu à Ambalavao entre la police et les manifestants, suivis de quelques arrestations. Très vite la rumeur se répand qu’il y a eu un mort : l’élève Modeste Randrianarisoa, qui aurait été tué par les forces de l’ordre. Peu importe que le jeune homme soit en fait mort d’une fièvre pernicieuse (ce que confirme le certificat d’autopsie conservé dans les archives de Tananarive). La nouvelle remobilise. Des marches funèbres sont organisées. C’est là la première apparition d’une forme de manifestation qui va devenir bientôt composante intégrante de la grève : la cérémonie funéraire, sous toutes ses formes : défilés silencieux, veillées funèbres, messes ….
Le pouvoir a d’abord joué le temps et l’usure. En un second moment, avec la fermeture de l’école de médecine, il joue la répression. Puis il essaye, au stade d’Alorobia, la concertation. Ce sont là facettes d’une stratégie quelque peu incohérente, et presque toujours décalée par rapport à la situation. Les deux principaux protagonistes des grévistes sont Laurent Bototeky et Barthélémy Johasy, ministre chargé auprès de la présidence des Affaires intérieures. Par contre, Tsiranana est absent. Rentré d’une tournée dans le Sud, il repart se reposer dans la station balnéaire de Ranomafana. Il y restera jusqu’au 13 mai malgré l’insistance de son entourage. Mais Tsiranana est malade, hémiplégique, se laisse emporter par de violentes crises de colère. Il ne voit dans le mouvement étudiant qu’un complot communiste venu de l’étranger. Il prend une décision qui lui sera fatale et le conduira à sa chute. Le 12 mai au soir, les FRS encerclent le campus et arrêtent les 395 étudiants qui s’y trouvaient, ainsi que quelques adultes, prêtres catholiques et médecins , ces derniers s’étant portés volontaires pour accompagner les détenus. Les détenus sont expédiés par avion à l’Ile de Nosy Lava, au pénitencier de sinistre mémoire : celui-là même qui avait été la prison des internés de 1947 et des déportés de la révolte du sud, qui s’était soldée, en 1971 par une terrible répression.
Le lendemain 13 Mai, étudiants et travailleurs descendent dans la rue La foule des manifestants (étudiants, employés, travailleurs et Zwam) occupe le centre ville, la place de l’indépendance, se répand devant l’Hôtel de ville. On dénombre jusqu’à 100 000 personnes pour une ville qui en compte 250 000. Les travailleurs portent des pancartes sur lesquelles sont inscrits les noms des établissements où ils travaillent. On réclame le retour des « enfants ». Face à eux, des FRS , notamment sur le toit de l’Hôtel de ville. Peu nombreux, n’ayant apparemment reçu aucun ordre cohérent, ils vont tirer sur la foule. La manifestation se transforme alors en insurrection. Voitures et lieux symboliques sont incendiés. Tsiranana prononce à la radio un discours provoquant et incohérent à la fois. Il menace de mort les insurgés et les accuse d’être des fumeurs de chanvre. Quelques jours plus tard, le pays tout entier est en grève. De même que les étudiants, les grévistes, fonctionnaires, employés ou ouvriers du privé vont faire preuve d’une étonnante capacité d’organisation. Partout dans le pays des comités de travailleurs, les KIM, sont institués, qui délèguent leur pouvoir à un comité central de grève, institué à Tananarive. Durant tous ces jours intenses, le comité central des travailleurs siège au Collège technique d’Ampefiloha, celui des étudiants au campus. Les Zwam, qui se sont rebaptisés Zoam (Jeunes chômeurs de Tananarive) créent aussi leurs comités. Et tous se retrouvent pour des réunions où sont listées les revendications. La plus urgente d’entre elle est maintenant celle de la démission de Tsiranana, appelée de ses vœux par la foule qui scande : « Tsiranana=FRS= Assassins » ; « Tsiranana à Nosy-Lava ». La démission de Laurent Bototeky , le 14 mai est bien trop tardive. C’est désormais la tête du Chef de l’Etat que visent les grévistes. Ils demandent la tenue d’un Congrès national regroupant travailleurs, étudiants et Zoam. Mais on n’oublie pas non plus la dénonciation des accords de coopération, ni les revendications sur l’enseignement et les salaires.
Du 14 au 18, on assiste à un véritable ballet de négociations ponctuées de concessions de la part d’un pouvoir qui va céder aussi radicalement qu’il avait réprimé. Les intercesseurs officiels sont les Chefs des Eglises (catholique , anglicane et protestante), et les militaires. Les intercesseurs officieux sont les Français. L’ambassadeur de France est très hostile à une intervention qui donnerait , d’après lui, le signal d’un massacre des Français, alors même que les troupes françaises sont aux portes de Tananarive.
Les manifestants obtiennent ainsi le retour des jeunes exilés, transportés par avion jusqu’à l’aérodrome d’Ivato puis en car. Et le 16 Mai en fin d’après-midi, une foule silencieuse, bras levés, accueille en silence les 25 cars qui transportent les grévistes. C’est le 16 Mai aussi qu’apparaît le slogan : « le pouvoir à l’armée ». Et il sera écouté : le 16 toujours, Tsiranana nomme le Général Andriamahazo gouverneur militaire de la province de Tananarive. Il fait voter dans l’urgence une réforme constitutionnelle qui ne sera jamais appliquée. Le 18, il annonce officiellement à la radio qu’il dissout le gouvernement et donne les pleins pouvoirs au Général Ramanantsoa. Ce dernier, qui, semble-t-il , a beaucoup hésité à accepter, déclare notamment à une foule en liesse : «Le Président de la République m’a donné les pleins pouvoirs, je suis un militaire, je ne suis pas un politicien. Pour le bien du pays, la vie politique sera mise en sommeil. Je porterai mon effort sur les domaines économique, social et culturel, au bénéfice des plus nécessiteux. Je vous demande de m’aider en reprenant le travail et en faisant preuve de discipline et de patience. Je vais constituer un gouvernement apolitique de militaires et de techniciens. J’ai comme première ligne de conduite de développer l’unité nationale ».
L’appel à l’armée a été, semble-t-il, spontané. Les militants les plus radicaux parmi les étudiants, ceux qui via le comité animation et propagande avaient contribué à radicaliser politiquement le mouvement des jeunes, n’y sont pour rien. Mais l’armée n’est pas intervenue pour défendre le régime. Les militaires, comme nous l’avons vu, ont joué le rôle d’intermédiaire. D’autre part, on demande la démission de Tsiranana et de ses ministres mais il n’y a aucune alternative possible, aucune opposition crédible susceptible de les remplacer. Et la peur du chaos (le ravitaillement manque déjà, on constate une pénurie d’essence…), la peur du vide joue son rôle. Enfin, last but not least , cette révolte est aussi nationaliste, du nationalisme d’un pays qui a vécu trop longtemps sous tutelle, d’un nationalisme indépendantiste. Le drapeau est omni présent : drapeau blanc et rouge aux couleurs de l’ancien royaume merina dont le vert, symbole du PSD, est arraché. La foule conçoit ce recours à l’armée comme transitoire, en attendant la tenue d’un congrès national populaire qui pourrait jouer le rôle d’une constituante. Ouvriers, Zoam et étudiants présentent dès le 20 mai leurs revendications au nouveau pouvoir :
– Garanties des libertés démocratiques ; Assurance que le régime militaire aura un caractère transitoire et cédera la place à un gouvernement défini par une nouvelle constitution ; réunion d’un congrès national – ou Assemblée constituante- qui réunira les travailleurs et les étudiants en vue de définir un nouveau régime et élaborer une nouvelle constitution ; libération de tous les prisonniers politiques détenus par le gouvernement Tsiranana ; Abrogation de l’ordonnance sur la mise en résidence surveillée ; paiement des heures de grève jusqu’au 22 mai à tous les travailleurs des secteurs privés et publics.
Les assurances obtenues du Général Ramanantsoa sont apparemment suffisantes pour les 500 délégués réunis à Ampefiloha , qui déclarent une suspension conditionnelle de la grève, alors que les étudiants, plus méfiants votent la poursuite de la grève. On voit apparaître les premières dissensions d’un mouvement jusqu’alors soudé.
Le Général Ramanantsoa ne cède pas aux pressions et maintient à son poste un Tsiranana auquel il doit sa légitimité. Il transforme le congrès national, effectivement tenu du 9 au 13 septembre en septembre en plébiscite pour un referendum qui, le 8 octobre, assoit son pouvoir. L’expérience de démocratie directe que souhaitaient les insurgés, peut-être inspirés , comme le suggère Robert Althabe, par la communauté villageoise, le Fokolonana, est enterrée.

Bibliographie :
Gérard Althabe, Anthropologie politique d’une décolonisation, Paris, L’Harmattan, 2000 ; Gérard Althabe, « Les luttes sociales à Tananarive en 1972 », Cahiers d’études africaines, vol.20, n°80, 1980, p.407-447 ; Anonyme, « Trois jours qui ébranlèrent Madagascar [Informations recueillies sur place par le G.I.M.O.I] », Le Mois en Afrique. Revue française d’études politiques africaines, juin 1972, p.44-50. ; Françoise Blum., « Madagascar 1972 : l’autre indépendance. Une révolution contre les accords de coopération », Le Mouvement social, n°236, juillet-septembre 2011, p. 61-88. ; Françoise Blum, Révolutions africaines. Congo, Sénégal, Madagascar : années 1960-1970, Rennes, PUR, 2014, 202 p. ; Didier Galibert., « Mai 72 : la deuxième indépendance malgache » dans Yves Combeau (dir.), La Réunion-Madagascar, 1942-1972 : départementalisation et indépendance, Paris ; Saint-Denis, Sedes-Université de la Réunion, 2003. ; Anne-Marie Goguel, Aux origines du mai malgache : désir d’école et compétition sociale, 1951-1972, Paris, Karthala, 2006, 378p. ; J.C. Rabeherifara et Françoise Raison-Jourde., « Identité, contestation et métissage : la chanson malgache dans les années 1970-1980 » dans Monique Chastenet et Jean-Pierre Chrétien. (dir.), Entre la parole et l’écrit : contributions à l’histoire de l’Afrique en hommage Claude-Hélène Perrot, Karthala, 2008, p.173-204. ; Irène Rabenoro., Le vocabulaire politique malgache pendant les évènements de mai 1972, thèse d’État en linguistique, sous la dir. de R. Arnaud et M.Tournier, université Paris-7, 1995. ; Françoise Raison-Jourde et Gérard Roy, Paysans, intellectuels et populisme à Madagascar : De Monja Jaona à Ratsimandrava (1960-1975), Paris, Karthala, 2010. ; Françoise Raison-Jourde., « Être collégien malgache et oser manifester. Initiation à l’héritage occidental et invention locale dans l’occupation de l’espace urbain et la prise de parole en province (1971-1972) », Paris, Sedet, 2011. ; F. Razanakolona, , Les Banderoles et les pancartes dans les manifestations de rue à Tananarive en 1972, Mémoire de maîtrise, Département histoire, Université d’Antananarivo, 2001.

• SOURCES : Centre des Archives diplomatiques de Nantes (CADN), Archives de l’ambassade de France à Tananarive – Cartons 125, 135 et 136. Noté: CADN- AAFT. Ces documents offrent des rapports très complets sur les évènements, y compris en province – on y trouve d’ailleurs un éphéméride, au jour le jour et heure par heure – et permettent d’établir une chronologie très Archives des consulats ; Archives nationales de Madagascar : Fonds présidence. Les archives sont faciles d’accès et sont très précises sur les événements de 1972, tant à Tananarive qu’en province.
• Lumière : journal d’informations, Fianarantsoa, 1972: Cet hebdomadaire publié à Madagascar par l’Eglise catholique a été consulté pour l’année 1972. Il donne des récits précis des évènements ainsi que des témoignages.