À propos

Ce carnet de recherche est destiné à discuter, mettre en commun le travail accompli lors d’un atelier qui a pour thème principal l’usage de la biographie dans les études africaines. Cet atelier est parallèle à la construction d’un dictionnaire des mobilisations et contestations africaines qui s’intégre dans la base en ligne du Maitron. Le carnet sera donc aussi un lieu de discussion pour le choix des notices, leur relecture et plus généralement un lieu de rencontres des différents partenaires de ce Maitron Afrique.

Avec le « Maitron Afrique » (Dictionnaire biographique des mobilisations et contestations africaines), nous entendons constituer une base biographique de personnalités publiques africaines, base qui décloisonnerait les aires linguistiques et les secteurs d’activités et réunirait des personnages qui se sont d’une manière ou d’une autre engagés, quel que soit le type de cet engagement : syndical, politique, littéraire ou artistique etc. Cette compilation biographique s’inscrit dans un tournant méthodologique récent des sciences sociales, favorisant la biographie sociologique et historique et la prosopographie comme outil de connaissance des mondes sociaux. La prosopographie permet de faire une histoire sociale des institutions à partir des individus et de cerner de manière plus documentée, par la statistique, un groupe social : instituteurs, femmes africaines diplômées, universitaires, classe politique, etc., ou encore de renouveler l’histoire d’une question classique grâce aux biographies collectives et à l’usage des autobiographies d’institution. Les notices réunies dans le « Maitron Afrique » portent sur des personnes mais aussi sur des organisations et institutions ou des évènements. Un comité éditorial réunit des correspondants par pays et valide toutes les notices. Nous espérons également construire une meilleure connaissance des réseaux inter ou extra-africains grâce aux liens reliant les notices et construire ainsi, à terme, une sorte de cartographie relationnelle. Nous organiserons, parallèlement à l’enrichissement de la base, des ateliers qui seront le lieu d’une réflexion partagée sur la méthode biographique. Ces ateliers réuniront, à partir de septembre 2014, des chercheurs de différentes disciplines – histoire, sciences politiques, sociologie, démographie etc – qui ont, en matière de biographies, des approches différentes. Il y sera aussi question, bien entendu, de ce que la biographie apporte à l’histoire de l’Afrique et des problèmes spécifiques posés par le fait biographique en Afrique.
Il existe déjà des dictionnaires qui regroupent des notices portant sur diverses personnalités africaines, mais malgré tout, l’Afrique reste encore dans ce domaine le parent pauvre. Bien des dictionnaires biographiques portant sur l’Afrique appartiennent encore à la « bibliothèque coloniale » ou ne recensent que des personnalités de tout premier plan, qu’il s’agisse d’hommes politiques ou d’écrivains. Dans le « Maitron Afrique », nous nous intéresserons aussi à des « obscurs », soucieuses en cela de respecter la tradition initiée par Jean Maitron lui-même qui procédait, avant la lettre, de ce qu’on appelle aujourd’hui les « subaltern studies ». Ces « obscurs », si ils sont moins connus, ont apporté de manière parfois discrète mais efficace leur contribution au mouvement social : syndicalistes, associatifs, etc. Nous souhaitons également donner une large place aux femmes, qui, en matière de biographies sont souvent ignorées ou marginalisées, qu’elles aient agi en retrait ou que l’on dispose sur elles de peu de sources.
Et, bien sûr, toute collaboration scientifique sera la bienvenue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *